AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Jeu 26 Jan - 14:33

[EDIT Je vous serai gré de ne pas "polluer" ce topic et de n'y participer qu'avec la permission directe de Sarys. Vous pouvez bien entendu toujours poster vos remarques et/ou félicitation dans le topic prévu à cet effet. D'avance, merci pour elle.[/EDIT]




Tout était sombre. Je me réveillai près d'une statue. La statue d'un des douze. J'étais oubliée, je n'étais que fille de la grande Sacrieur.

Je découvrais Amakna, ce monde que j'avais tant aimé autrefois, et que je ne sais par quel sortilège avait réussi à oublier cette terre que j'aimais tant...

Aujourd'hui je retrouve peu à peu la mémoire...mais je reste comme une enfant à chaque nouvelle découverte.


J'ai eu la chance de faire la connaissance d'amis et joyeux compagnons.
Je leur ai juré protection, afin que Sacrieur sur son trône puisse être fier de son enfant.
D'ailleurs je n'écris pas ces lignes pour que mon nom soit couvert de gloire...je les dédie à eux, ceux qui m'ont accompagné et soutenu, comme un ultime hommage avant mon ultime sacrifice...

_________________


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 15:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 29 Jan - 14:34

Il pleuvait fort. Les éclairs pourfendaient le ciel comme un iop trancherait ses ennemis.
Il pleuvait si fort que je me demandais si les entités divines n'avaient pas décider de pleurer sur moi toutes leurs larmes.
Outre ce questionnement fort existenciel, j'avançais dans une plaine que je ne connaissais pas encore.

Même les monstres qui habituellement hantent les lieux de notre monde n'étaient pas présent. Une pointe me pinçait le coeur...



Le tonnerre vient de détruire un vieux chênes, qui brûle du peu qui lui reste... je sens un léger soupir me parler, les mots sont incompréhensibles... un souffle d'air chaud dans le creux de mon oreille...

Je regarde derriere moi. Il n'y a personne. Et lorsque je refais face au chêne brûlant, je vois un être en face de moi.

Je sursaute. Il avait les yeux fermés, la tête inclinée. Mais une aura maléfique se développait tout autour de lui.
Il relève la tête et ouvre ses yeux.

Dans son regard j'ai vu la souffrance en elle même. Le mal le plus pur l'habitait, à tel point qu'il laissa couler une larme de sang.

Aucun mot, juste ce souffle lourd et chaud, comme si son corps allait laisser exploser une grande colère...
Il sortit sa sombre lame de son fourreau, très lentement, la faisant crisser , et ce bruit me hante encore. Ameres Seregon Nenharma.

La pluie s'était arrêtée. Le temps et l'espace n'existait plus, je l'avais compris. C'était de sa lame que finirait ma vie. Que me voulait ce sombre Sacrieur ?

Le Démon s'élance vers moi d'un vitesse Hallucinante.

Je ferme les yeux.


...



Le coup que le démon tenta de me porter heurta quelque chose de métallique. j'ouvris mes yeux pour contempler un ange, qui m'avait protégée.

"PARS DEMON !" cria l'ange d'une voix céleste, tout en portant un coup très puissant à la créature maléfique.
Elle roula sur le sol sur plusieurs mètres puis dévoila elle aussi ses ailes....
Le Sol pourtant innondé pris feu tout autour de lui.


"J'obtiendrais son sang. Et le sang de tous les Anges. Brakmar suplomberas Bonta, pour y faire règner une odeur de feu et de sang. C'est sa volonté."

Après ces mots, le démon disparut.


A son départ, l'orage repris de plus belle. L'ange allait partir quand je lui demande des explications.
Il m'explica la guerre perpétuelle entre Bonta et Brakmar. Il m'explica qu'il avait voué sa vie à protéger le monde et les habitants d'Amakna.

Lorsque je lui demanda comment je pouvais le remercier, il me répondit juste ces mots :


Fais-en autant.


-je te le promets.


Je suis ainsi retournée à Astrub prendre repos dans l'auberge la plus proche. Mais cette nuit là, je n'ai pas trouvé le sommeil.
J'avais promis à mon sauveur ce qui définirait ma vie.
Et je tiendrais ma promesse... Crois-moi, Vaalmung.

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 5 Fév - 14:14

Le Soleil se levait déjà, et je n'avais presque pas dormis. Loin de moi l'idée de rester 5 secondes de plus dans cette chambre que je louais déjà trop cher.
Je ramassais le peu d'équipement de mauvaise facture que j'avais, descendis payer à l'aubergiste ma nuit, et puis j'ai marché en direction de Bonta...

Sur ma carte trouée par l'usage et abimée par la pluie d'hier, malgrès cette usure donc, je pouvais voir ce long chemin qui me séparait de la Citée Blanche.

Mais j'ai quand même marché...



Il faisait nuit. Et la pluie se remit à verser les larmes des douze.
Je continuais à marcher, lorsque je sentis une présence derriere moi.
C'était l'ange de la nuit derniere...

"- Que veux-tu ? lui disais-je d'un ton froid
- Je venais m'assurer du choix que tu venais de faire. Ce n'est pas de ton simple sort que tu vas influencer, mais celui de tous les habitants de ce monde, en es-tu consciente ?
- Le sort de tous les habitants ?
- A ton arrivée à la Citée Blanche, tu devras prêter serment de protéger quiquonque croisera ta route. Protéger même la pire crapule d'un châtiment de Démon. Servir, ne jamais gouverner. Défendre, ne jamais attaquer. Tu crois en être capable ?
- Je te l'ai promis, non ?
- Qu'est-ce la parole d'une jeune fille terrorisée sous la pluie ?
- Peut-être tout. Je reviens jamais sur mes mots.
- Soit. Ainsi la destinée de Sarys fut scellée...
- Tu connais mon nom ? Comment ?
- Il y a bien des choses dont j'ai la connaissance ! ( je sentais un sourire dans sa voix)
- Quel est ton nom ?
- ..."


Je me suis retournée. Il n'y avait personne, et la pluie s'était arrêtée.

J'écourta alors cette halte et continua à marcher vers le Nord-Ouest...



Le Soleil se tira de son long sommeil, il m'esquissa un sourire en lueur d'espoir, et je puis apercevoir au loin une énorme muraille blanche.
J'y étais parvenu. La Citée Blanche était en face de moi.
Pour la premiere fois de ce long voyage, je me suis assise au pied d'un chêne, et je l'ai contemplé.

Je l'ai contemplé elle qui luait telle une lumiere d'espoir, elle qui serait la clé de ce que certain appellent Destin...

...mais pour moi Destin est synonyme de mort.



Je suis passé ainsi sous les portes...
vu d'en bas la tour des Mages, si belle et imposante, et je suis arrivée à la milice.


Je suis arrivée dans une sorte de hall, avec des épées et armures qui ornaient les murs tout autour de moi. J'ai posé un genoux à Terre.
et je me suis mis à parler fort, à un vieil homme qui me regardait étrangement :

"Je Jure de Protéger Bonta. De défendre ses murs comme son nom. De sauver ses fidèles, comme ceux qui aspirent à l'être. De Mourir en repoussant les démons. Je veux devenir un Ange !"

Le vieil homme se mit à rire, tout en avançant vers moi...

" Et bien, mon enfant, je dois dire que tu manques pas de courage !! Et le courage, c'est ce qu'il nous faut !! J'ai pour toi quelques quêtes, attention des broutilles!!! Mais ces quêtes au fur et à mesure montreront que tu t'obstines à tenir ta parole, à protéger ce serment qui t'uni désormais à moi, à tous les anges, et à Bonta. En es-tu certaine ?

- oui.
"


Le vieil homme me fit faire quelques quêtes, assez simple, pour montrer mon courage et ma bravoure. Je les ai accomplis avec succès. Amaryo était assez fier des services que je lui rendais lors de mon rite initiatique.



J'étais à genoux devant ce vieil homme. Tout autour de moi une assemblée, des anges.
Il tira une épée de son fourreau doré. Il me la posa sur la tête, puis la leva vers la chapelle :

Bonta ! Acceuilles-ta nouvelle Protectrice, Sarys la Sacrieuse ! La Flamme d'Amakna. Puisses-t'elle te servir dignement pour devenir une Ange craint de tous les démons !
En attendant, Sarys, accepte tes premieres ailes, celles qui marquent à jamais que tu sers Bonta.


Je baissais la tête plus bas en signe de remerciement.
J'avais mes ailes. Elles étaient petite certes, à l'inverse de ma volonté.



Il faisait nuit.
Je suis retournée sous le chêne à côté duquel j'ai vu la lumiere de Bonta pour la premiere fois.
Et je m'y suis endormis...

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 12:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Lun 13 Fév - 17:12

L'aube était pâle et une odeur âcre planait dans l'atmosphère.
Je me sentais mal, une envie de vomir.

J'ai pris le Zaap de la citée blanche pour me rendre à nouveau en Astrub, petite citée où j'ai fait mes premiers pas.

je passais outre les marchands qui s'égosillaient pour vendre leur objet de mauvaise facture, et me rendit en forêt pour humer les arbres.

Mais au lieu de trouver un chêne semblable au mien, je n'ai trouvé qu'un Démon Xelor.
Ce démon me faisait face, et son équipement laissait à présager qu'il était jeune.
Jeune, ce mot résonne avec fougue.

D'un air arrogant, il me sourit...je lui ai tourné le dos et suis partie.

Il m'a poursuivis.

Je me suis mise à courir, de peur de rentrer dans un combat perdu d'avance, et de lui faire perdre son temps. Envie de rencontrer d'autres anges bien plus puissant que moi pour l'impressionner.

Je l'ai semé.

Essouflée, j'étais vraiment essouflée...
Je me reposais près d'une échoppe de blé, lorsque je l'aperçu.

Littlepan, protecteur de la guilde Gryffondor.
J'avais vu les traités d'amitié qui liait la guilde des Gryffons à l'ordre Archangel lors d'un détour à la bibliothèque, dans un livre epais et poussiéreux.

J'ai commencé à discuter avec lui. On a parlé de tout et de rien. Cet homme en face de moi était tres gentil, serviable...
Il connaissait Mère. Elle aussi servait cette guilde de la meilleure façon qu'il soit, c'est pourquoi il semblait déjà me connaitre.


Soudain, deux démons forts puissant dont le corps était entouré d'une aura de puissance, aggressèrent un neutre devant nos yeux.

J'ai rejoins les rangs du neutre, pour le protéger.
Le Valeureux Littlepan m'a suivi derechef.


Le combat fut un peu long, pour en arriver à une défaite évidente.
Alors que nous nous pansions nos blessures, il me questionna pour savoir pourquoi je suis intervenue...

Je lui ai dis que j'avais prêté serment. Serment qui m'engageait à aller jusqu'à la mort pour la protection de la paix en ce monde.
Je me suis ainsi engagé à un long monologue où je sentais une flamme dans mes yeux et mon coeur, la Flamme D'Amakna.

Car nous sommes des anges, et telle est notre destinée...

Je me sentais ange jusqu'au plus profond de moi-même.
Certains virent cette défaite comme inutile, et pourtant pour moi elle représentait tout : mon honneur, ma dignité...et mon recrutement au sein des Gryffondors. Mère était fière de moi.

J'appris peu à peu que cette guilde était menée par Spoon le Grand, un valeureux osamodas, et que lui aussi visait le respect des règles angéliques.

Je me suis mis à partager des choses avec ces êtres.
Pas de l'objet ou de l'argent, mais des émotions.
Pour la premiere fois je vivais dans le regard d'un autre, autre que celui de Mère.

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mar 14 Fév - 22:49

[
Depuis mon arrivée au sein de Gryffondor, on peut dire que je vis avec une certaine facilité et légèreté.
J'y ai découvert des gens qui ont appris à me découvrir.
Certains se firent même adopter par Mère, pour renforcer les liens qui les unissent.
Ainsi Sarys, la plus petite des soeurs, arriva sous l'auréole des Gryffons.

J'ai appris l'entraide et le dévouement, le respect et la joie, l'esprit qui règne dans cette guilde, cette confrérie. Cependant j'ai eu la décadence d'esprit de vouloir ajouter une touche de jovialité ponctuée par un humour tribal, de troubadour, digne des troolls, ce qui n'a pas plu à tout le monde.

Parmis eux, Khoaul, un iop fort, bucheron réputé et respecté. Comme moi, il tient à son serment angélique plus que tout, mais selon lui j'en ai trop fait.




"je ne suis qu'une enfant..."

Je n'ai pas pour habitude de me cacher derrière de faux arguments, et c'est pourquoi que plutôt que de me chercher des excuses, je tiens à les présenter humblement au sein de ces lignes, puissent-elles être lues, un jour où je les déposerais, sûrement à ma mort.




J'ai revu la pluie, alors que ma capacité à combattre s'accroit de jour en jour.
La même pluie de tristesse et de haine qui sépare les esprits & coeurs des Deux Grandes.
Mais cette fois-ci, l'Ange n'est pas apparu.
Juste un murmure de tristesse, empli de mots d'un ressentiment énorme, et ces mots m'ont marquée...

Cependant, malgrès le bruit des gouttes qui se heurtaient à moi qui résonnait dans ma tête, j'ai continué ma route, jusqu'à ce fameux chêne.
La pluie cessa, et je pouvais m'appuyer sur cet ami, afin de contempler l'aube.
Le spectacle était magnifique !

Le soleil levant m'accordait grâce de tout éblouïssement et m'offrit un arc-en-ciel de mille feux qui chevauchait Bonta la Grande.

Malgrès ce spectacle merveilleux, je ressentais en moi un vide, un néant, comme si la Flamme d'Amakna avait quitté Sarys.




Une larme coula le long de ma joue, pour arriver vers ma bouche : c'était une larme de sang.

J'attendais tellement tout de la part de tout le monde, que mes attentes furent damnées par ma fougue et ma jeunesse, mon trop-plein de joies.

J'étais assise sur mon séant, à contempler la puissance du ciel, le coeur vide, pleurant l'ultime tristesse, car je venais de comprendre que je ne serai plus jamais détentrice de la foi Angélique, ni de cette flamme qui me guidait, de ce brasier au plus profond de moi.

Non.

Ceux qui ont croisé ma route et leur entourage n'attacheront qu'à mon nom un sentiment désagréable, quasi-nauséabond.
"Celle dont la companie, présence, voix, dérangent..."

On venait d'insuffler tant de peine à cette enfant, détruit son regard, comme on souffle sur une bougie pour l'éteinde.

J'ai ainsi compris les versets des préceptes de Sacrieur,
qui expliquaient que l'on ne vivait que pour subir, pasiio, souffrir, tuer et mourrir.

J'ai aussi compris les préceptes de la Maison des Mères expliquaient que le but de tout guerrier était la mort, et qu'il devait vivre chaque jour en pensant à elle.

L'enfant que j'étais s'est endormi ainsi, sous ce chêne, "mort" et "souffrance" ancré dans sa tête, comme dans son âme...

"Le Destin de Sarys est de mourrir

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Spoon-le-grand
Bontalien


Nombre de messages : 354
Guilde : Gryffondor
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Ven 17 Fév - 16:22

Le voyageur vit une forme recroquevillée au pied d'un chêne. Etonné, il s'en rapprocha et reconnut Sarys, une élève de son école.

"Sarys, que fais-tu ici et dans cet état ?"

Sarys reconnut Spoon-le-grand, chef de la guilde Gryffondor, actuellement en voyage. Dans son désespoir, elle lui raconta les circonstances qui l'ont poussée à abandonner les Gryffons.

"Si ce que tu me dis est vrai, tu as bien agi en quittant Gryffondor. Notre école est basée sur la fraternité et la confiance entre ses membres, et certains de tes actes ont rompu cette confiance.

- Comme je le pensais, je n'ai plus qu'à attendre mon destin ici, répliqua Sarys d'une voix brisée.

- Qui t'a dit cela ? ton destin est si fragile qu'une simple querelle suffit à mettre fin à ta vie ? les contrées d'Amakna sont devant toi, et tu es suffisement forte pour y trouver de bons compagnons dans ton périple.

- Mes compagnons étaient les Gryffondors, et je les ai désormais perdu à jamais. j'ai cru un instant que vous pourriez m'aider, mais vous n'avez fait que confirmer ma fin !

- Si tu tiens à nous, c'est parce que tu nous sais que nous sommes bons, n'est-ce pas ? Les gryffons connaissent le pardon, et si certains ne le connaissent pas si est de mon devoir de leur apprendre, en tant que professeur. Cependant, la décision que tu as prise est juste et tu dois l'assumer.

- je n'y comprend rien. que dois-je-faire alors, si ce n'est attendre la mort ?

- Je suis moi-même en voyage, et je n'ai pas terminé les choses que je dois faire avant mon retour à Bonta. La voie que tu as choisie par ta décision n'est pas la mort, mais l'errance. Pars toi aussi en voyage, et apprend de tes rencontres et de tes erreurs. Lorsque tu te sentiras prête et que je serai de retour à la maison Gryffondor, si tel est ton choix je t'ouvrirai à nouveau nos portes. Alors viendra le temps du pardon.

- Je dois donc vous accompagner dans votre voyage ?

- Non, nos routes se séparent ici, car contrairement à toi je dois accomplir seul mon chemin. Mais ne perds pas espoir et ne sous-estimes pas ton destin. bon voyage, Sarys la vagabonde !"

Alors que Sarys se relevait au pied du chêne, le voyageur repartait.
Il était inutile de le suivre, elle le savait. vers où allait-elle partir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gryffondor.org
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 18 Fév - 3:53

Je regardais Spoon partir, loin, jusqu'à ce que sa silhouette fut masquée par un gros brouillard.

Ce brouillard était inhabituel.

Le chant des oiseaux, comme celui du vent dans les feuillages, s'était tut.
Plus un seul bruit, juste l'écho de mon souffle lourd, étant donné que j'étais encore en sanglots.

Un grésillement.

Soudain un éclair me frappa de plein fouet, et tout le brouillard s'estompa.
Je me retrouvais adossée au chêne, qui venait de prendre feu, et une pluie diluvienne s'abbatit sur nous deux subitement.

Un bruit de pas. Des pas lourd. Pourtant je ne voyais rien en face de moi. Rien du tout.
J'ai senti le souffle d'une lame chaude, coup que j'esquiva de justesse.
Mais j'étais blessée et abasourdie.
Qui étais mon adversaire ?

Un choc !
Celui du versant de la lame de mon ennemi dans mes côtes.
Je n'ai pas été tranché, mais celà m'assoma un peu.
J'étais à genoux et à son entière merci.








Le temps s'arrêta...
La pluie ne tombait plus. les images se deformère et une petite silhouette s'approcha de moi.
Et m'adressa la parole...




Pas un mot de plus.
Les paroles de Spoon résonnaient dans ma tête, et d'une voix encore en sanglot j'ai pleuré "je veux vivre". Je l'ai hurlé.



La silhouette ricana et me dit ces mots avant de disparaitre : "tu ne peux que subir ton choix hi hi hiiiiii !"


Le Temps revenit à la normal, j'étais encore agenouillée, et un gros choc métallique me fit sursauté !

Là, devant moi, se tenais l'ange, qui venais de me sauver d'un coup de grâce d'un démon.
Le même que la derniere fois !

Ils allaient sûrement se livrer une ultime bataille devant mes yeux...

sarys

j'entendais claquer la foudre sur les plaine, et un léger murmure prononçait ma voie, tout en se rapprochant...

sarys !


la pluie.... l'eau coulait sur les lames dégainée, et bientôt c'était le sang qui allait couler à flot...

SARYS !!!! REVEILLE TOI !!




j'ouvrais avec peine les yeux pour découvrir en face de moi le vieil homme de la milice de bonta :

"Réveille toi, paresseuse ! Je viens de croiser Spoon, et il m'a dit pour Gryffondor ! Profites de cette période pour montrer ta valeur au sein même des rangs de Bonta !! Ca fait un bail qu'on ne t'as plus vu dans la milice !! Fais nous ce plaisir !!"

Le vieil homme repartit aussitôt.

Je m'étais assoupie à nouveau sous mon chêne favori, celui où je pouvais voir Bonta s'illuminer.
Mais quel était ce rêve ?

Qu'importe, je devais partir en voyage. "Car telle est ma destinée à présent "


A mes souvenirs ce fut une des dernieres fois où je me suis assoupi sous le chêne. A partir de cette date, j'étais devenue vagabonde...

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 13:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Lun 27 Mar - 2:09

Le temps n'est qu'un flot infini malléable par nos esprits et nos coeurs,
selon la nature de nos sentiments, on ne peut le voir glisser entre nos doigts rougis par le sang, ou bien on tente de le freiner tellement il nous parait rapide, tant le moment présent nous est cher.

C'est l'unique rivière qui porte le sens de la vie, "à chaque chose son temp"...

Qu'en advenait-il de moi ?
Mon temps était-il révolu ?

Je me suis posé maintes fois ces questions troublantes qui résonnaient dans un échos infini, l'ignorance totale de mon esprit,
sur mon avenir, les choses qui me tenaient à coeur, mon passé...

J'ai écris de nombreuses choses, comme des poèmes, afin d'oublier mes doutes, et enquiquiné beaucoup un ordre connu de tous, celui des Archangels.
J'ai beaucoup marché, me suis beaucoup entrainée, en vue d'un futur retour aurprès de ceux que j'appelais frères ou soeurs, Mere...
Ils me manquaient, mais je n'étais plus moi.
Un sentiment de haine puissant m'habitait, je n'en connaissais pas la raison.


le temps avait fait que le crépuscule que j'aimais tant admirer, tout comme l'orée du matin, pour voir Bonta s'illuminer ou s'éteindre,
quête d'une paix intérieure, et d'une construction d'un avenir à partir de cette paix...
tout avait échoué...ou pas.


A mon habitude je me suis arrêtée dans mon périple à une auberge, pour nous retrouver moi et mes pensées autour d'une seule et même biere.
Lorsque j'eu échos que ce lieu cherchait des gens habiles sur les mots, afin de donner des récitations, de contes ou histoires totalements inventées...



J'ai ainsi écris des mots les un après les autres, fait rêver ou frissonner mes auditeurs sous ma créativité, et j'ai souris sincèrement pour la premiere fois depuis longtemps en ces lieux.



Mais loin de n'être qu'une échappatoire, j'ai trouvé ma place dans ce lieu, j'ai intégré le zooornal, équipe rédactive de gens aussis fous et aimant la biere que moi, au service de l'information sur la vie Amaknéenne.


Plein de rebondissement, moi étant d'habitude solitaire, à en pleurer des larmes de sang avant de m'endormir,
je comptais dans le regard d'autre personnes, et j'étais utiles à leurs yeux, à leur service...


Mais cette periode de vagabondage était dure pour le coeur, meurtris par l'envie de serrer dans ses bras ceux qui lui étaient chers...
Cette semaine fut la plus longue de mon histoire...



Mais un jour, comme chaque chose dans ce monde, la semaine pris fin...
Et je fus appelée par Spoon, terminant son grand voyage.
Il m'invita à discuter lui et moi dans la maison de l'école Gryffondor.

Y remettre les pieds m'a tourmenté le coeur, tant dans les regrets, que dans la nostalgie. Regret d'un départ trop précipité, peut être, surement, et des bons moments qui eurent lieu sous le blason rouge et doré de cette école.


L'entretien se conclut par une question, qui était la suivante :
Veux tu regagner la Guilde Gryffondor ?


Oui.


Je croyais y être acceuillis dans la colère, celle qui avait gardé sa souffrance pour elle seule, au point de la conduire dans sa déchéance, et à abandonner ses freres d'armes...

Mais non.

Tous furent heureux de mon retour.
Pas autant que moi.



C'est ainsi que moi Sarys, A nouveau étudiante de l'école gryffondor, ai prouvé mes valeurs et mon attachement à ma maison,
je suis dorénavant chargée d'insérer les nouveaux élèves à notre école...
et de protéger quitte y laisser ma vie nos couleurs...


C'est ainsi, je crois que c'est achevée ma quête du crépuscule,
celle d'une aube naissante,
pour laisser place à mon nouveau départ :

celui où je marcherais aux côtés de mes frères d'armes.



Mais bizarement, au plus profond de mon âme, je ressens encore cette infinie tristesse...Comme si même mes sourires étaient dupe d'une souffrance atténuées par le flot infinit du temps...

Mes questions demandaient des réponses,
et seul celle où celui qui m'aidera à défaire le jeu machiavélique du temps,
m'apportera surement un sourire à mon visage,

mais aussi à mon coeur.

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Papageno
Bontalien


Nombre de messages : 371
Age : 36
Guilde : Gryffondor
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mar 4 Avr - 1:13

Papageno ouvre son journal, prend une plume de tofu et la trempe dans une fiole de teinture magique noire. Il commence à écrire avec des lettres heurtées

Joie et mélancolie se mêlent depuis une petite semaine.
J'étais passé trop longtemps à côté d'elle, en la voyant sans la regarder; en l'entendant sans l'écouter.

Puis tout est allé si vite quand j'ai enfin compris ...

Mais je sentais toujours une part de tristesse.

Je pensais que c'était dû à une forme de solitude. Ce n'était pas le cas.
Je pensais que c'était dû à une tension amoureuse, savamment entretenue par les gentilles railleries des membres de la guilde. Ce n'est pas ça non plus.
Ce soir, des phrases courtes et terriblement sèche, de la part de ma bien-aimée ont formé des trouées menant vers l'ombre.
Citation :
Nous marcherons ensemble vers le crépuscule. [...]
Je mourrai bientôt
Incompréhension ...
Puis désespoir.
Puis la révolte.

Sarys, je t'aime en entier. Même si je ne suis pas un grand combattant, je lutterai contre les ombres qui te menacent. Je veux revoir plus souvent la Sarys si gaie que j'ai rencontré pour la première fois lors de la noce.Sarys, si quelque chose se joue de toi, et t'entraine vers ton crépuscule avant que les dieux n'aient fini de te donner ta part du festin de la vie, je me battrai. Nous avons tant à faire ensemble !

En écrivant d'un geste brusque le dernier point d'exclamation, Papageno renverse le pot de teinture noire qui tenait lieu d'encre. Le fond qui reste vient éclater tel un soleil noir sur son pourpoint bleu azur, comme le ciel de midi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 22 Avr - 11:04

La pluie est à mon sens l'écoulement le plus merveilleux du monde.
Comme si les 12 là haut pleuraient sur moi toute leur tristesse,
de voir leur monde détruit et déchiré en deux.

A chaque éclair qui pourfend le ciel, suivi de ce grondement terrifiant,
un sentiment d'impuissance en moi grandis, inlassablement...


J'ai vécu longtemps aux côtés de l'Ecole Gryffondor.
Celle-ci m'a guidé et conduit à ce que je suis maintenant.
Mais ma formation était terminé, et les récents troubles ne plaçaient plus en moi cette fougue puerile et futile...
Je voulais défendre mes vrais valeurs, en mon simple nom.

C'est ainsi que je suis parti de l'école, avec le peu d'affaire que j'avais sur moi. Un départ triste et émouvant à la foi, le premier départ d'une élève, pleine de gratitude, qui s'en va découvrir le monde d'un nouveau regard.

J'ai toujours eu peur que mes anciens compagnons d'armes me rejettent la pierre de ce départ, et considère mes futurs actes comme trahison.



C'est donc ainsi que moi, Sarys, Vagabonde au coeur rempli de la flamme de notre monde, Amakna, erre le regard vide, cherchant à parfaire sa connaissance du monde, sa force, son moral...






Récemment, un démon supérieur s'est évadé de sa prison.
Les roublards ont frappés.
Bonta appela tout ses fidèles, afin de donner l'assaut contre le convoit de ce dangereux prisonnier, pour éviter qu'il puisse préparer de vils desseins sur ce que nous protégeons, nous les anges.

Au rythme des combats éprouvants,
j'ai remarqué dans les yeux de mes alliés, comme ennemis,
juste un plaisir à mourrir pour cette guerre.
Même les Bontaliens qui suivaient les directives de la Citée Blanche n'avait justement aucune vertue dans les coups qu'ils portaient,
juste le gout du sang dans la bouche, le fait de pouvoir abattre des Démons...

Ce genre de choses m'a choqué.
Les assauts contre Brakmar furent presque tous repoussé, un à un,
et les bontaliens et certains anges retournaient combattre dans la cour de la citée noire afin de servir les dires de Bonta.

Simplement je me suis toujours voulu celle qui défendra le bon, le neutre,
l'innocent, et l'aidera.
J'ai été embarqué dans ces tristes combats, avec moi aussi le gout du sang dans la bouche, au fur et à mesure que je me rappelais ma triste histoire.

J'avais espoir de retrouver le démon qui tentait de me tuer à chaque fois...
et au fur et à mesure que la haine grandissait en moi,
je croyais l'apercevoir...




Un de mes ennemis me portant un coup puissant, je me suis évanouie.
Je me suis réveillée dans les landes, dont la terre buvait le sang des Anges ou Démons morts au combat.

Et il m'est apparu. Mon Démon...
Sans un mot, il est venu à moi, qui restait debout face à lui,
et me pris tendrement dans ses bras.
Mon coeur trouvait du réconfort, en même temps que ma flamme disparue pour laisser place à cette Haine, ayant atteint son summum.

Mais j'ai pris conscience du mal qui grandissait en moi.
Comment moi, guerrière au service des Anges de Bonta,
pouvait ressentir un tel ressentiment envers le monde entier ?


J'ai repoussé la tendresse du Malin,
et l'Ange qui m'avait sauvé à de nombreuse reprises,
attaqua lui aussi le démon. Le Démon esquiva tous les coups puis disparu dans un rire démoniaque. Earlinde...

Et l'Ange me pris dans ses bras...


Et j'ai enfin eu le coeur appaisé, de tous mes actes comme de mes peines,
et le combat du Mal contre le Bien se déroule aussi dans mon coeur...


...car j'avais peur de servir le Mal en portant le drapeau du Bien...d'être une de ces déchus...


Je suis devenue un peu plus forte, ce soir là...


Quelques jour plus tard, j'arborai le blason de la guilde Archangel.
C'est peut être stupide, mais je m'y sentais mieux. Je servais dorénavant la cause Angélique quotidiennement, et étais soumises à ces fameux évangiles, qui me définissaient.

_________________


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 13:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Lun 19 Juin - 2:40

Je relis ces pages avec une certaine amertume,
celle du temps qui a passé bien trop vite, sans que les bonnes choses restent.

Je me souviens avoir commencé ce journal avec un tant soit peu d'organisation, de propreté, comme si quelqun allait le lire un jour.

Peut être était-ce une vision, ou cause digne de Jude.


C'était peut être un désir de folle. Ou un rêve inespérée que d'être lue,
comme si on s'inquiétait de ma vie, et de mon sort.

Ce journal était non seulement taché par mon sang...mes larmes...
...mais ceux de mes amis innondait dorénavant ma plume.

Serait-ce une remise en question ? encore une ?
ou un semblant de justice intérieure ?

Je ne sais pas... Les choses étaient trop confuses dans ma tête...

L'enfant aurait-elle grandie ?




Tout est sombre.
Je venais de les voir mourir, à cause de moi.
Tout n'était plus que peine.
La douleur s'estompait.

Qui suis-je ?
Où suis-je ?



Tout est noir,
je ne vois même plus le sang qui coule le long de mes bras.
Mes plaies ont l'air refermée.
Je suis appaisée ?
Oui.
C'est étrange, comme si je n'existait plus.
Suis-je morte ?
Non. Je me sens vivante.


Qui suis-je ?
Où suis-je ?



Le silence le plus plat, comme une excuse du temps...
soudain un murmure !
Une langue incompréhensible, et pourtant je sentais de la peine dans la voix et les mots qui m'étaient soufflés à l'oreille.
La voix passait et s'en allait. Cette chose me tournait autour, m'habitait pour me quitter et posseder les lieux.


Qui suis-je ?
Où suis-je ?




Soudain, une léger son d'hautbois se fit entendre.
Ce n'était pas un instrument propre. Le son était brûlant de haine, et de désespoir. Quel était cette mélodie ?

Je décida d'approcher.

le chemin dans la pénombre fut long, mais j'arriva face à une stèle.
je suis montée dessus...


Le murmure était devenu cris de rage et de folie,
en même temps que mon corps était ouvert de toute part par des coups de lame.

Ainsi se remit à jouer la triste mélodie.


Des liens se sont enlisés tout autour de mes articulations,
et les cris de haine s'en donnaient à coeur joie de me faire souffrir,
par des coups de fouet, et autre blessures à l'âme par les armes.
Je ne voyais rien,
j'entendais seulement cette musique tribale...


Soudain une odeur âcre se fit sentir, en même temps qu'une lumiere grandissait au dessus de moi.
Je ne pouvais plus sentir la douleur, mon sang innondait la stèle,
mes ailes brûlaient....
La douleur est dans l'âme, un déchirement du corps et de l'esprit,
une sensation d'être bannie de son corps et de sa pensée eux-même,
comme si notre "moi" tentait d'oublier, en se brûlant, qui il était.

Je ne pouvais pleurer. Je ne pouvais crier.
Aucune larme, aucun son, ne voulait sortir.
Rien. Le Néant. Comme ce qui m'entourait.

Le bucher presque terminé, une pluie innonda tout mon être,
le bruit que faisait les gouttes qui heurtaient violemment mon corps résonnait dans ma tête, tout comme la musique maudite.


J'ai ouvert les yeux. J'étais face au ciel, allongée près de mon fidèle chêne. et je venais de recevoir une averse, j'étais trempée.


Mais les images que je venais de voir me hante, encore et toujours...



Qui suis-je ?
Où suis-je ?

La route vers le crépuscule est bien plus dure que je ne le pensais.
Je crois que c'est après ce rêve que, au plus profond de moi, j'ai grandis...
quitte à tout perdre, voir ne plus être moi-même

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 23 Juil - 14:38

La feuille portée par le vent n'a ni but, ni désir. Sa destinée était depuis la première seconde d'être portée au grès de son croque-mort, de tomber, et de mourrir.
Lorsque une feuille se meurt, c'est toute ses soeurs et le père Arbre qui sont en pleurs.

Et pourtant leur complainte est un doux bruit, celui du vent qui caresse à nouveau ces feuilles pour les consoler.



Tout comme la feuille, le temps est bercé par le vent.
L'eau a coulé sous les ponts. Les âges ont passés.
La fleur a grandit, puis fânée, et laissé place à sa soeur.


La quête vers le crépuscule est terminée.
Elle laisse place dorénavant à l'Aube, et la volonté des braves,
qui comme les héros des temps anciens, s'étaient emparée de la flamme du crépuscule, l'ultime lueur vers un nouveau lendemain.

C'est cette volonté qui se propage de jours en jours,
cette volonté qui fait qu'il n'y aura pas de fin, que le crépuscule ne donnera pas naissance à une nuit infinie.

C'est cette volonté qui fait qu'il y aura toujours de la lumière quelque part, quand bien même les sombres dieux de l'ombres auront recouvert le ciel de ténèbres.

C'est cette volonté qui fera renaitre le ciel, et pousser la lumière à son firmament.

L'Aube nouvelle est arrivée. Une nouvelle ère commence.
et mon histoire continue. Cependant de nombreux troubles ébranlent le monde en ce moment.

Je n'aurais donc plus le temps d'écrire.

S.


Dernière édition par le Sam 25 Nov - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 15 Oct - 12:15

Après de nombreux cauchemars, Sarys se retrouvait là assise dans sa chambrée, dans le Sanctuaire de l’Archangel. Il pleuvait dehors. Une sombre nuit.
Le cœur de Sarys était noué, elle venait de refaire ces immondes cauchemars, qu’elle ne pouvait expliquer. Elle ne savait ni ce qui était vrai, ni ce qui était faux, si c’était une vision du futur ou du passé, un simple délire fantasmagorique…
Pourtant ses sens la troublaient. Elle avait l’impression que c’était vrai.
Cela faisait maintenant trop de fois qu’elle faisait ces cauchemars, la sacrieuse décida de se lever et d’errer dans Bonta.

Le ciel était noir. Comme dans ses rêves. La pluie battait son plein, et le bruit des gouttes qui heurtaient son dora résonnait dans la tête de Sarys.
Elle entendait encore une mélodie, une musique si triste, qui se joue dans sa tête comme dans ses rêves. Sarys marchait lentement, se dirigeant sans le savoir vers la maison de Silaisie.
Les rues étaient désertes, pas l’ombre d’un Bontalien prêt à se mouiller les plumes.

Arrivée à la maison, Sarys n'a pas pu s’empêcher de sourire, avec nostalgie, oui la première fois qu’elle avait vu cette maison remontait à longtemps.
Elle admire encore le sceau, une épée avec des ailes d’ange, quand elle l’avait aperçu, elle avait décidé que c’était là sa voie : devenir une Ange.
Aujourd’hui, être Ange est plus dur qu’à l’époque. La guerre, qui avait déjà lieu à l’époque, et depuis toujours, entre Bonta et Brakmâr, ne s’était qu’amplifiée et empirée au fils des jours.
Il n’y avait plus de combats rangés, occasionnels, on assistait quotidiennement à une boucherie sans précédent dans n’importe quelle parcelle de terre d’Amakna.
Et le Roi ne bronchait pas, terré dans son immense château.

Sarys contemplait encore la maison de Silaisie avec dédain, soupira, et repris sa route. Elle pouvait apercevoir les quelques miliciens qui effectuaient leur tour de garde près de la Milice, et dans quelques ruelles. L’un d’eux salua fièrement la disciple de Sacrieur, mais celle-ci ne l’apercevait point.
La Citée était inquiète, cette pluie aggravant même la situation. Un danger planait sur la Tour Blanche, comme jamais. Et qu’un bontalien se balade seul dans les rues en pleine nuit était mal perçu : le monde entier blamait les traitres.

Rester fidèle à ses évangiles d’Ange, c’était difficile. Les jours s’assombrissaient de plus en plus, et Sarys ressentait en elle une colère immonde remplir son cœur, elle était au plus mal. Ce n’était pas la première fois qu’elle ressentait ces sentiments, comme une colique qui la prenait si soudainement. Mais là c’était intense et continu. Son regard était froid.
Des images lui revenaient dans son esprit, emplies de violence, de sang, de cris…

Un enfant pleurait, un nouveau-né. Son berceau était entouré par les flammes, sur les murs se dessinaient des ombres en train de lutter. Deux voix hurlaient en même temps que le bébé, un homme et une femme…Lorsqu’une gerbe de sang éclabousse l’enfant dans son berceau.
Sarys hurla et s’effondra à genoux, en larmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 15 Oct - 12:23

Heckel, loin de là, qui dormait paisiblement dans une auberge d’Amakna, fut réveillé par le cri de Sarys. Il l’avait entendue dans son rêve, et il était fort inquiet pour sa moitié. Il sentait que quelque chose n’allait pas, il se dépéche donc d’user de la magie de l’amour pour apparaître auprès de sa femme. Sarys était toujours à genoux et en larmes lorsqu’il se rua sur elle pour la prendre dans ses bras. Il ne comprenait pas.
Elle releva la tête pour contempler le regard affolé de son mari, mais ses yeux à elle étaient toujours aussi tristes, fades, et sombres. Heckel avait déjà trop assisté à ces moments où la tristesse gagnait Sarys tout entière.
Tendrement il la releva…

Le disciple de Iop la serrait dans ses bras, de tout son cœur. Elle restait impassible, toujours ce regard vide, contemplant le ciel, empli de larmes. Puis elle étreint son amour. Elle n’arrêtait pas de pleurer, en demandant pardon à Heckel. Lui la réconfortait, lui susurrant des mots tendres comme à son habitude. Il avait peur que les rêves de Sarys la perdent.

Nel avait aussi vu les cauchemars de Sarys. Ce n’était pas la première fois d’ailleurs.
L’Oracle avait vu au-delà des visions de la sacrieuse, et avait donc consulté Konoka, la mère adoptive de Sarys.
Durant leurs discussions, Nel & Konoka s’échangeaient leur savoir mutuel sur le passé de Sarys, passé dont la sacrieuse n’avait aucun souvenir.
Le cri de Sarys avait aussi réveillé Nel, avec qui elle avait partagé sa vision. Nel sentait au fond elle une douleur immense…
Non sans prévenir Efer, elle se prépara à rentrer en communion avec ses pouvoirs pour en savoir plus, et surtout pourquoi ces rêves se manifestaient maintenant…

Heckel regardait Sarys, elle avait un peu repris ses esprits. La foudre venait de frapper la Tour Blanche. Au loin dans le clocher, observait l’Ange qui était apparu maintes fois à la jeune sacrieuse.
Une douleur envahit Sarys subitement. Elle s’agenouilla en gémissant quelques horribles mots dans une langue qu’Heckel ne connaissait pas. Il tenta de la relever, mais à sa grande surprise, elle le repoussa violemment.
Le tonnerre grondait au loin, et la mélodie revenait dans l’esprit à Sarys. Cette mélodie qu’elle avait déjà entendue…
Joignant ses mains autour de sa tête, pour boucher ses longues oreilles pointues, elle suppliait pour que tout cela s’arrête.
Heckel avança encore pour la relever, elle le repoussa, cette fois encore plus violemment.
Elle était debout, face à lui. Ses yeux étaient sombres et sanglants, illuminés par une aura pourpre. L’Ange au loin dans la tour reconnu très bien ce regard. Il sauta.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 15 Oct - 12:32

Heckel, surpris, voyait sa moitié se tenir droite face à lui, la tête basculée en arrière, le dora retiré. Elle prenait souvent cette position avant de se battre. Elle jette un dernier regard à son mari, lui esquisse un sourire, puis bondit.
Elle se rue sur lui, courant comme une furie, tentant de lui asséner quelques coups d’épée qui aurait pu lui être fatal.
Heckel les esquive, non sans mal. Déjà que ce iop n’aimait pas se battre, il était hors de question pour lui de taper sur sa femme !
Acculé, il la repousse violemment avec son bouclier, elle trébuche et s’effondre.

« Pourquoi ? ! Pourquoi ? ! Pourquoi fais-tu ça ? !
- Tues-moi mon amour, avant que je ne te tue… »


Elle se releva calmement, essuyant ses larmes et son sang qui coulait de sa bouche. Ce n’était plus elle. De nouvelles visions viennent pourtant la hanter subitement. Elle hurlait encore plus, elle n’était plus qu’une bête acculée dans sa cage, celle de son esprit. La vraie Sarys repoussait ses visions, lorsque l’Ange qui était dans la Tour Blanche arriva enfin.
Il se positionna devant elle, et lui adressa quelques mots :


Earlinde Seregon Nenharma.


Sarys pouvait contempler le regard meurtri de son tendre époux, encore effrayé par la vision de sa moitié qui tentait de le tuer. Elle sentait ses jambes fléchir, se souvenait de cette voix, et s’effondra.
Elle était inanimée sur le sol. L’Ange se retourna vers Heckel, et demanda à ce dernier de la porter jusqu’au sanctuaire…
Un cor grave résonnait au loin, seul l’Ange l’entendit.
Il a disparu aussitôt pour aller juger de lui-même cette sombre menace qui planait en cette nuit sombre…


Heckel arriva enfin aux lourdes portes de l’Archangel, qu’il ouvrit d’un grand coup de pied. Il était inquiet, il avait peur de la perdre. Sans surprise, il se trouva très vite nez à nez avec Nel et Konoka qui étaient là elles aussi.
Ils la couchèrent dans sa chambrée. Nel posa délicatement sa main bleue sur le front de Sarys.

Ce n’est qu’une enfant, et pourtant, les ténèbres l’ont habité…

Nel a veillé Sarys toute la nuit. Elle se servait de ses pouvoirs pour ressentir les rêves de la sacrieuse…

Un enfant dans un berceau, qui pleurait. L’enfant était une sacrieuse. Sarys. Elle pleurait. Une femme, une sacrieuse aussi, vu ses cicatrices une grande guerrière, sûrement la mère de Sarys, face à un homme, disciple de Sacrieur lui aussi, le père.. Le couple était en train de se disputer. Une dispute entre les deux parents de l’enfant. Une violente dispute. Le père vociférait une colère telle que Nel était elle-même inquiète dans sa vision. La mère de Sarys était apparemment apparentée à Bonta. La mère de Sarys était amoureuse d’un Brakmârien.
Le Mari était un guerrier reconnu dans les bas-fonds de la citée sombre, pour être un guerrier sans pitié, sans états-d’âmes. Il se nourrissait de sa propre souffrance et de celle de ses ennemis, mais n’esquissait jamais une émotion sur son visage.
Sa colère était grande. Il avait promit à sa dame qu’il allait quitter les armées de Brakmâr. Or une dernière mission lui était imposée : un assaut contre Bonta, cette nuit là.
La Mère de Sarys voulait seulement que son mari ne participe pas à cet assaut, lui voulait y aller.
Le Père de Sarys participa quand même à cet assaut. Les troupes se réunissaient soudainement de plus en plus sur le pont sombre de la citée noire.
La mère de Sarys, qui logeait dans une petite maisonnette dans la montagne avec son mari et sa fille, partit vers la Citée Blanche. Elle voulait prévenir la citée blanche, pour empêcher un massacre.
Elle arriva à Bonta, avec Sarys dans les bras. Elle rencontra Nel, ce qui étonna cette dernière dans sa vision, capuchonnée. Nel était déjà au courant de l’assaut. Elle parlait de troupes qui allaient arriver, s’unir, et défendre Bonta.
La Mère de Sarys étaient rassurée, elle assista à un face à face entre Nel et le commandant de l’armée sombre, et à la débâcle des troupes de ce dernier.
La Sacrieuse observait au loin, lorsqu’une voix familière l’interrompit.
« Tu m’as donc trahi… »
C’était le père de Sarys qui était là. L’épée à la main, le regard sombre, la pluie battait son dora, il ne clignait pas des yeux, fixant le regard apeuré de sa mère, qui portait sa fille.
Le mari se rua sur sa femme, et la transperça de son épée. Sarys est tombée au sol. Sa mère aussi. Le démon partit…sans sa fille.
La mère était encore vivante, et porta sa fille jusqu’en Bonta, qui était proche.
Elle déposa sa fille devant une maison, proche de la place Marchande de la ville.
« Earlinde, je suis désolée de t’avoir donné la vie. Je t’aime mon enfant. Tu grandiras mieux sans nous… »
La mère de Sarys est partie s’éteindre loin de la citée, un ange à son épaule. Celui qui protégeait Sarys jusque là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Dim 15 Oct - 12:46

Nel, à cette vision, était troublée. Elle comprenait que trop bien ce qu’il se passait. Par on ne sait quelle magie, les influences maléfiques du père de Sarys entraient en conflit avec les influences bonnes et justes de sa mère. Ayant lu les écrits que Sarys avait fait sur sa vie, Nel compris qu’en fait, le démon qui poursuivait Sarys, n’était autre que son père.

Sarys se réveille en larmes. Nel pose délicatement la main sur son front, invitant Heckel à venir la réconforter. Après quelques instants, tous se rendirent dans une salle où Nel seule allait d’habitude. Konoka était présente. Tous les regards portaient sur Sarys…

« Ma fille, comme tu le sais, je ne suis pas ta vraie mère…et il semblerait que tes visions soient dues à cela…annonça Konoka.
- En effet, poursuit Nel, tes troubles, je les ai partagés avec toi. De manière inattendue. Peut être le fait que je connaisse sans savoir ta vraie mère, et que son esprit a voulu faire en sorte qu’on te vienne en aide.
- De quoi parlez-vous ? demandait Sarys
- Ton vrai prénom est Earlinde. Et ce nom te fait réagir. Il fait ressurgir un passé que tu avais enfoui au fond de toi. Je ne sais pas pourquoi, mais il semblerait que des ténèbres veulent te happer dans leurs forces… »


Nel expliqua à Sarys ses visions. Heckel posa délicatement la main sur l’épaule de son épouse, pour la réconforter. Mais Sarys souri, ce qui étonna la mince assemblée.

« Je garde le nom de Sarys. Mère, cela toujours toi qui l’as été, et tu le resteras pour toujours dans mon cœur, même si le sang ne nous unies pas. J’ai grandi en devenant ce que je suis, malgré les interventions de ces ténèbres. J’en suis plus que décidée pour être ce que je suis. Une Ange. Une Archange. Même si des fois cela risque d'être difficile. »

Sarys regardait avec beaucoup d’amour le sourire que Nel eut à l’écoute de ses mots. Ce n’était qu’une enfant qui s’exprimait maladroitement, et pourtant avec tellement de conviction et de sincérité, que ça en devenait touchant.
Tous partagèrent ce sourire. Sarys ne s’éteindra pas. Comme les larmes, et le proverbe que répétait souvent Sarys…

Une larme peut mourir, mais elle renaîtra de ses cendres tant qu’il y aura de la tristesse.



***


Le ciel était terriblement sombre. Heckel et Sarys marchaient ensembles, afin que la sacrieuse puisse prendre l'air. Toujours observant du clocher, l'Ange contemplait la scène. Il soupire, le regard triste, comme si quelque chose de mauvais allait se passer. Il avait déjà donné ses ordres à ses troupes.
Sarys embrassait son mari, l'étouffant sous son étreinte.

Un souffle sombre figea les amoureux. Un murmure d'une langue noire, une menace soupirée au loin.
Sarys regardait, inquiète, son mari. Elle sanglottait, lui la rassurait.

Un cor, au loin, toujours perceptible uniquement par l'ange dans sa cachette, rassura son visage. Une menace était écartée apparemment.
Un râle, raclant les murs, les monts et vallée, aspirant la terreur et la haine, était poussé au loin dans le sud. C'était un rire, mélangé à un grognement.
A côté du trône enchevêtré, veillait un disciple de sacrieur, au regard impassible...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mar 31 Oct - 21:36

La pluie avait laissé place à la brume, brouillard noir où se profilait une silhouette dans les landes.

Le dora masquait son visage. Il portait son épouse qui était à l'agonie.
Il l'emmena au Temple du Sang.
Il vendit son âme au nom de son amour pour rester encore plus longtemps un démon.

Ameres Seregon Nenharma.

Nul ne saura pourquoi il la dépose sur cet autel, et laisse le sang de la sacrieuse s'écouler.

Un murmure noir s'échappe...la pluie tombe toujours dorénavant, mais le sang, lui, ne se dilue pas avec l'eau.


...Il se tient aujourd'hui à sa gauche, et attend son éveil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 18 Nov - 13:46

La Statue était grande et fière.
La Déesse aspirait à tellement de souffrance et de paix, elle, qui ne pouvait que pleurer à mesure que sa vie s'envolait.

Sarys la contemplait.
Le visage gris-blanc, sculptée dans de la pierre d'une main bien habile, portait un regard froid semblable à celui d'une guerrière prête à mourir.
Son corps était parfait, aucun défaut physique, aucune cicatrice.
Et pourtant tout le monde sait qu'elle acquit sa puissance dans l'effort et la souffrance.

Les cheveux longs masquaient une partie de son visage, mais laissaient échapper les oreilles longues et pointue, divinement belle, de Sacrieur.

Le Corps presque nu, la poitrine masquée par un soutien-gorge simple,
on pouvait admirer les formes généreuses de la déesse sur son piedestral.
Elle portait pourtant des vêtements pour les jambes, une sorte de pagne recouvrant l'entre-jambe.
Le Pagne était long, et à moitié étalé sur le "sol".

Sarys admirait la Statue, lorsque des cicatrices se dessinèrent.
Avait-elle mal vu ? Ou était-ce son imagination ?

Elle déposa sa main sur une cicatrice que la déesse avait au ventre, surement une lame légère comme une dague l'avait faite.
La Sculpture était tellement soignée, qu'on avait presque peur de faire mal à la Déesse en touchant cette plaie.

Il se mit à pleuvoir.


Dame Sacrieur... Aide-moi...


Les gouttes de pluie claquaient sur la pierre, et sous les yeux de la déesse glissèrent des larmes. Une larme s'échappa aussi du regard de la disciple qui contemplait là.

Guy San Nolan, trempé jusqu'aux os, pria Sarys d'aller se mettre à l'abri.

"Je vous remercie de votre attention, mais je reste ici à la veiller..."

Guy fut étonné par ce qu'il venait d'entendre, mais sans plus attendre, il parti s'abriter dans une des tours de gardes qui étaient proches.

Le regard de Sarys se porta sur le bras gauche de la statue.
Il était tendu vers le ciel. Joint à lui, une aile blanche et magnifique.
Un Ange tombé du ciel...
Sacrieur semblait vouloir montrer sa résistance, comme si elle venait de repousser un quelquonque mal d'un geste rapide de son bras et de son Aile.
Un ange ne pouvant s'envoler, échoué sur son monde, voué à souffrir sans relâche...

Sarys repensa à son rêve, où ses ailes furent brûlées.
Et la mélodie sombre lui revint à l'esprit.

Tout était noir...
Tout était noir. Les tambours grondaient leur haine implacable sur le monde. Les cris de joie de la foule s'étaient transformés en ces chants noirs, que l'on pouvait entendre se murmurer dans les landes sidimottes.
Des Flammes éclairaient la scène, malgrès cette pluie toujours présente.
Non Dame Sacrieur, ne pleure pas...
Au loin un échafaud, exposée à la folie malsaine des créatures sombres, la déesse.
Pourquoi me regardes-tu, Déesse ?
Les Eclairs frappaient les monts et arbres qui entouraient l'odieux spectacle. Une fumée noire s'élevait, l'Aile droite de Dame Sacrieur étaient en train de brûler.
Une Larme sur la joue de la Déesse, qui fixait sa disciple.
Pardonne-moi, Dame Sacrieur. Je t'en supplie, pardonne-moi..
La Déesse hurla son cri de haine, de souffrance, et de désespoir.
Ses larmes devinrent sang. Son regard douleur.
Earlinde Seregon Nenharma...


Sarys était agenouillée sur le sol, trempée par la pluie qui battait tout son être. Elle pleurait, comme la déesse pleurait sur elle.
Elle s'effondra, dans ses larmes... "Pardonne moi, je t'en supplie, pardonne moi"

La Statue contemplait sa jeune disciple effondrée. Heckel, appelé par Guy San Nolan, récupéra son épouse en larmes, et la ramena au sanctuaire.

Loin de là, une entité souriait. Il était à la gauche d'un trône possédé.
Et un cri rauque s'échappait dans les Landes.
Dans un palais du sang, érigé en la gloire d'un horrible démon, une innocente venait de perdre la vie.

***



Au loin, dans la nuit, des voix s'élèvent chantent une ôde impie.
Seule, sous la pluie, ses rêves se perdent, sa vie s'enfuit...
Oublié de tous, sa volonté ne s'efface.
Sa haine surplombant toute chose, il refait surface.
Son échine noirâtre réclâme vengeance.
Sur son trone sombre il hurle notre souffrance.
Le sang, dilué par l'eau, innonde le sol.
Elle se meurt, les idoles s'affolent...
Ne jamais oublier le prix du sang.
Ne jamais oublier la volonté des grands.
Oublier juste de vivre et de ressentir.
Souffrir pour être, vaincre ou périr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mer 22 Nov - 18:07

La chandelle éclairait d'une lumière très frêle la pièce.
Une pièce assez petite, une chambre.
On pouvait y trouver une fenêtre, donnant sur la cour du sanctuaire, une fine étagère faite en merisier, où des gros livres de Contes, de Légendes, et quelques biographies trônaient comme des rois dans leur grand château.

Ensuite, il y avait la penderie, où était accrochées ses capes, dont une offerte par un ami cher, à la couleur rouge bien pourpre, il faut dire que ça lui allait bien, à elle qui perdait son sang. Etaient rangés soigneusement quelques armes sur une étagère, une griffe Rose et une Fausse. Les Armes qu'elle prenait tout le temps avec elle. Puis, sur un porte-manteau noir, étaient accrochés son Dora, son Casque Bwork et le présent de son cher et tendre mari, un solomonk.

Juste à côté de la penderie, un coffre, en bois d'Erable, avec quelques fines lamelles d'or fixée par un maître artisan, qui décoraient fort bien ce vulgaire cube de bois. Dedans on pouvait y retrouver tous les équipements que la jeune aimait distribuer, offrir. Et quelques artéfacts aux valeurs indéfinies, mais dont la magie hantait la matière.

Puis il y a le lit. Le lit soigneusement fait, avec elle assise dessus.
Sarys écrivait sur un vieux parchemin quelques mots.

"J'ai eu la chance de faire la connaissance d'amis et joyeux compagnons.
Je leur ai juré protection, afin que Sacrieur sur son trône puisse être fier de son enfant.
D'ailleurs je n'écris pas ces lignes pour que mon nom soit couvert de gloire...je les dédie à eux, ceux qui m'ont accompagné et soutenu, comme un ultime hommage avant mon ultime sacrifice..."


Son écriture fine et douce, parfois imprévisible, et surtout confuse, remplissait petit à petit son parchemin.
Parchemin qui devint au fil des jours un vrai petit livre d'aventurière, comme si elle ne voulait que personne ne l'oublie dans des âges futurs.

Sa plume ne fit plus aucun mouvement. La porte de sa chambre venait de s'entrouvir. Là un petit animal fit son entrée, qui roucoula de joie lorsque la Sacrieuse l'eut prise dans ses bras.
Grosse-Colombe, l'animal du Primogardien.

"Et oui ma grosse-colombe, bientot il faudra transmettre un lourd message. Tu crois pouvoir être assez forte ?"

L'animal poussa un roucoulement de fierté, comme si elle jouait en fanfare ses exploits devant l'enfant qui la portait. Celle-ci ne put s'empêcher de rire face au spectacle de l'animal.

Il n'y avait qu'Efer qui savait la comprendre, et pourtant Sarys l'aimait.
Elle aimait lui donner quelques morceaux de saucissons à picorer en cachette, avant qu'Efer ne râle d'une furie charcutière.
Le saucisson était la seule chose qu'elle pouvait lui donner, cette goiffre de gamine ne laissait jamais tomber une miette de pain.

Grosse Colombe pinça la sacrieuse, pour l'attirer vers la porte.
Sarys l'ouvrit, et découvre avec de grands yeux un paquet.
Au fond de celui-ci, une note, laissait par une encre noire.

"Viens dire bonjour à Papa"


La bougie candelâtre éteignit ses lumières pour laisser place à une mince fumée qui s'élevait dans la piece. L'Animal tremblait.

Earlinde Seregon Nenharma
Le regard sombre de l'enfant s'éleva vers la lune, pleine et belle, tandis que le paquet se tranforma en poussière.
La nuit était faite de Crystal. Elle était fraiche comme l'Enfer de Jiva.

Earlinde pris son Dora, et se coiffa avec.
Elle pris sa cape, trouée par les joutes qu'elle avait mené,
puis s'en est allée dans la nuit.

Un souffle glacial s'étirait d'une bouche sans sourire.
"Approche, ma fille..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 25 Nov - 22:23

La foudre venait d'abattre un arbre. Les flammes, grandes, semblaient brûler dans la multitude les âmes des damnées de ce monde, ayant péris sur ces terres. Elle avançait d'un pas calme et léger, le dora baissé masquant ses yeux, la protégeant de la pluie.
Le Feu de l'Arbre devint noir, et une forte lumière aveuglante le frappa à nouveau. Les flammes noires, d'une vitesse incroyable, s'entendirent jusqu'à former un grand cercle noir brûlant autour de la disciple de Dame Sacrieur.
Un nouvel météore frappa le centre du cercle, juste devant Earlinde, et les flammes reprirent leurs couleurs naturelles.

Face à elle se trouvait l'Ange. Cet Ange qui l'avait maintes fois protégée. Elle le reconnaissait assez mal, lui aussi portait un Dora. Son corps recouvert d'armure le faisait paraître pour Vaalmung, mais ce n'était pas lui.
Des Flammes noires brûlèrent son apparence. C'était maintenant un disciple de Sacrieur qui se trouvait face à sa volonté.

Dans la multitude, sa sombre voix soupirait le nom de sa fille, des échos répétaient les noires paroles, si bien qu'Earlinde se sentit entourée par un mal si grand, qu'elle en avait peur que sa volonté plie.
Le Phlegethon les entourait, Sarys ne pouvait pas s'échapper. Devant elle se dévoilait son plus grand mal, celui qui avait assassiné sa mère, et qui était à la fois son père.
Elle le reconnaissait de ses visions. Ameres Seregon Nenharma, lui, ne souriait pas. Sa bouche close, le regard masqué tout comme sa fille par sa coiffe, les bras non-châlants étendus le long de son corps. Sa voix, pourtant, l'appelait. Earlinde Seregon Nenharma, ma fille.


Dans une sombre langue, qu'elle seule comprenait, la sombre voix poursuivait...

"Tu n'es qu'une esclave. Tu n'es rien.
Tu n'as rien compris à notre voie...
Tu as trop laissé ton coeur te guider dans la contemplation de ta souffrance. C'est en ça que tu n'es rien. Notre souffrance nous rend plus fort, et on va vers elle, on s'en sert.
Tu ne sers que tes idéaux, mais tu ne meurs pas pour eux.
A quoi bon souffrir alors ?
Pourquoi te bats-tu ?
Pour tes amis ? Pour la paix ? Pour l'amour ? Pour ta petite personne ?
Oublies que tu existes ! Oublies que tu vis ! Ta vie est insignifiante...mais ta volonté,elle, prime !"


La pluie s'écoulait sur leur corps, à moitié nus. Ameres marqua une pose, pour contempler sa fille impassible, avant de poursuivre.

"C'est pour ça que je te hante, Earlinde. Car tu n'es pas digne de vivre tant que tu n'es pas prête réellement à mourir. C'est pourquoi, moi ce soir, je vais te tuer..."


Sarys contemplait le ciel, qui innondait son visage de cette pluie lourde. Les Larmes de Dame Sacrieur. Sa voix douce et pourtant froide se fit entendre...

"- Elle avait donc raison, l'Oracle...Elle avait raison mon amie, à me dire que je devais me battre pour mes convictions et idéaux, plutôt que de lui jurer ma fidélité. Je reste donc fidèle à moi même..."

Une lueur pourfendit le ciel. Le grondement du tonnerre ne se fit pas prier pour hurler sa colère, lui aussi. Earlinde, quand à elle, versait des larmes.

"C'est ça...oui...Laisse grandir ta haine en toi. Tu souffres de jour en jour pour devenir plus puissante, et non pas pour protéger tes fausses croyances du bien ou du mal. Il n'y a ici que les plus forts qui survivent, et qui ont leur place ici.
Les autres sont condamnés à le servir."



Les gouttes frappaient le sol, les pierres, et les deux sacrieurs qui se tenaient l'un en face de l'autre. Toujours dans sa position avant les combats, droite, la tête relevée vers le ciel, elle fermait les yeux et pensait...

C'est fini. Ce soir je vais mourir. Pardonnez-moi, tous. Mais Earlinde ne sera plus de ce monde...

Elle redressa la tête, laissant apparaître son regard empli de haine et de sang. Le Tonerre grondait en même temps, tandis que son père, surpris, sortait sa lame noire de son fourreau.
C'est la voix de sa fille qui l'appelait maintenant... Tue-moi.

Ameres s'élança vers Earlinde pour la frapper, mais sa lame ne transperça que l'air.
Sarys s'était dérobée très loin de son attaquant.
Toujours impassible, son murmure envahissait les lieux...Viens me tuer...Père...Tue-moi...

Ameres s'elança à nouveau. Son regard haineux, étrange pour ce guerrier sans sentiment, laisse place à son regard habituel, un regard glacial, impassible, et froid. Sa lame fait un bruit lourd en tombant sur le sol. Le Temps était figé, et plus aucune goutte ne s'échouait sur eux. Il la contemplait, elle, sa fille, la plus belle chose qu'il ai jamais fait, elle, qui a su lui apporter la mort. Le regard sombre de sa fille, portant au loin, dans le vide, laissa échapper une larme.

"Père, j'ai toujours cherché cette force qui me rapprocherait du Crépuscule...
- ...et je viens d'assister à ton aurore..."


Ameres souriait. Il sentait ses membres fléchir. "Punition...hein ?" Sa fille venait en effet de le punir.
Je t'observerait à l'intérieur de ton âme. Sacrieur serait fière de toi...
Le corps du démon se démembra, et les morceaux tombèrent sur le sol, avant de disparaitre, comme la rivière de flamme qui les entourait.


Vaalmung, au visage fermé, ramassa Sarys, et la porta au pied de son chêne.
Elle se réveilla dans les bras d'Heckel, son mari, sous un magnifique premier rayon de soleil qui éclairait les murs d'ivoire de la Citée Blanche.

C'est fou, mon ange, comme l'Aurore est belle en Bonta...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Ven 8 Déc - 19:50

Sarys était assise dans sa cellule, lisant son carnet de vol.
Elle arrachait une page de son carnet, la dernière, elle ne lui plaisait pas.
La Lueur d'une petite bougie l'éclairait, il faisait nuit.
Elle décida de recommencer, de la même manière, afin de clore ses aventures qu'elle partage.
De son écriture fine, légère, et puérile, elle ornait le papier avec l'encre déposée à l'aide d'une plume de bwack.


La feuille portée par le vent n'a ni but, ni désir.
Sa destinée était depuis la première seconde d'être portée au grès du temps, de tomber, et de mourrir.
Lorsque une feuille se meurt, c'est toute ses soeurs et le père Arbre qui sont en pleurs.

La quête du crépuscule n'est pas accomplie, c'est une chose qui aspire en nos devenirs, non pas à l'action d'une seule personne. Je ferme ces pages, non sans penser à mon ultime sacrifice.

J'ai longtemps cru en des rêves, aussi éphémères puissent-ils vous paraître...
... il y a des rêves que l'on ne peut pas oublier...

Je me contenterai de vivre ce que mon avenir me réserve.
De profiter pleinement de l'aube et de la journée, puissent-ils durer éternellement.
La Flamme ne s'éteint pas. Puissent nos rêves à tous, devenir réalité.




S.



***


Sarys soupirait, en fermant son recit.
Elle ne trouvait pas la fin à son goût, mais en même temps, elle se disait que ce n'était pas une fin en soit, vu que son histoire continue.
Elle déposa ce carnet sur une étagère, sans plus y penser, avant de s'endormir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Ven 5 Jan - 22:30

La taverne était pleine à craquer. Dehors, il tombait des cordes, et la plupart des citoyens de Bonta s'étaient rendus à la taverne du Pinchaut, pour fêter l'anniversaire d'un milicien.
Les hommes commençaient à être saoul, ils buvaient plus que de raison, d'autant plus que c'était l'intendant fortuné de la citée qui régalait, les gens radins de cette ville profitaient donc de cette aubaine pour boire à l'oeil.

Heureusement il n'y a pas que des personnes vénales, certains ont pensé à apporter un petit présent au milicien.
Sarys lui avait apporté un heaume de milicien brakmarien avec une bougie plantée sur la tête, qui faisait office de gateau. Heureusement, le milicien qui fêtait son anniversaire n'était pas encore assez saoul pour tenter de le manger, mais assez pour confondre cet heauve avec le casque d'un mineur sombre.

La fête batait son plein, lorsque deux miliciens ivres morts voulaient en arriver aux mains.
Le ton entre les deux hommes était monté très rapidement, tellement vite qu'on aurait cru un fanatique brakmarien conversant avec un fanatique bontais.
La Bagarre éclata entre les deux hommes. Le Service d'Ordre, qui, eux, n'avaient pas bu une goutte d'alcool car ils étaient de service, tenta de séparer les hommes.
Des Dagues furent sorties de leur foureau.
Très vite, une voix féminine se fit entendre dans l'assemblée.

Les hommes, qui ne formaient qu'un tas de tofus se chamaillant pour une simple larve, stoppèrent net leur amusement, et furent fascinés par la voix, comme si ils entendaient une sirène.
Elle ne chantait aucun mot, ou alors aucun mot connus de Sarys.
Elle devait surement faire une complainte dans les langues anciennes, ou quelque chose de similaire.
La voix était très calme, belle, et si triste à la fois.
Sarys cru entendre une voix qui lui était familière, elle a même cru reconnaitre le chant que la femme, visiblement une disciple de sacrieur, dissimulée sous une veste et capuchon blanc, chantait.

Elle était assise dans une table au fond, personne ne l'avait aperçu jusque là, et maintenant tous les regards étaient dirigés vers elle.
Ses yeux bleux cerclés de vert étaient dissimulés dans l'ombre que faisait sa capuche sur son visage.
Elle jouait d'une lyre faite d'ivoire et de cordage digne des plus beau maitre sculpteur d'arc de toute la région, et le son que l'instrument laissait échapper était tout aussi merveilleux que la voix de la dame blanche.

La musicienne arrêta sa complainte par un court instant où elle ne joua que de la lyre.
puis elle reprit son chant...

Envole toi,
Blanche colombe,
Ne te retourne pas
Et même, si je tombe...

prend ton envol,
et fuis moi,
mon coeur s'immole,
En Amakna..

Complainte du temps,
et des sourires,
qui m'ont croisé,
et me font soufrir,

Au loin les âges,
des magies dispersées,
Maitre forgemage,
Chansons oubliées

Mais qu'importe le temps,
Le soleil levant
Grandis mon Enfant,
mais n'oublies pas tes parents...


La guerre entre les citées,
Je m'en suis voulu...
Avoir épousé...
Ton père, si déchu...

C'est dans le secret,
Qu'au monde tu es venue,
Et loin des ailés,
de ta rancoeur et de ta haine...

Mais qu'importe le temps
Bonta ou le vent,
grandis mon enfant,
mais n'oublies pas tes parents...



La musicienne dévoila son regard bleu cerclé de vert afin de fixer le regard de Sarys.
Earlinde Seregon Nenharma...



Sarys se réveilla en sursaut dans sa cellule. Il était tard, et pleuvait fort dehors.
Ce n'était qu'un rêve ?
La jeune sacrieuse se recoucha en sueur... elle se demandait bien qui pouvait être cette femme, qui chantait merveilleusement bien...

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Jeu 25 Jan - 23:56

Sarys se promenait sous la pluie.
Les nuages noirs recouvraient le ciel, la lune, et masquaient la vision des 12 sur notre monde.
Un son de lyre résonnait dans la multitude.
Mélodie si douce et agréable, semblable à une berceuse...

Au pied de la statue de Dame Sacrieur, sur laquelle se repentissait l'enfant,
Sarys trouva un parchemin où un visage d'une femme était dessiné.
Le Papier était abimé par la pluie et le temps, mais la silhouette restait visible.

Ce parchemin, visiblement fait pour un médaillon vu sa forme ovale,
représentait un visage d'une dame, visiblement disciple de Dame Sacrieur, vu les marques sur son visage. Son visage paraissait familier à la jeune sacrieuse qui contemplait l'oeuvre, mais aucun nom ne lui venait...





Au dos de ce parchemin,
un poème était écrit d'une manière si fine et légère...

Le vide s'installe, tout s'appaise,
Un dernier souffle, un dernier rêve.
La vie, ce long fleuve tranquille,
qui nous berce, nous baigne, notre asile,
Tout est clos dans nos esprits qu'elle confine,
Pas un aventurier refoulerait ses grandes lignes...
Pourtant, les larmes s'échappent et innondent,
De sang, notre âme immonde,
Le vide s'installe, tout s'appaise,
Une dernier souffle, un dernier rêve...
Alucya Se............


La pluie avait fait couler l'encre, l'auteur de ce poème avait son nom effacé.
Sarys conserva ce bout de papier, et resta un moment à contempler la statue de Dame Sacrieur.

Les nuages noirs recouvraient le ciel, et son esprit.
Au loin, résonnait une lyre dans la nuit...


Sous son masque Kabuto,
sa voix douce et légère s'échappe...
La complainte d'une mère,
l'écoute de l'Orpheline,
Earlinde qui pleure,
Son père qui sourit...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Ven 26 Jan - 21:25

Le ciel était clair, c'était un beau soir de pleine lune.
Pas un nuage ne venait troubler l'admiration qu'on avait face à ce grand astre celeste.
Les plus illuminés s'immaginent même déjà Jiva la nymphe descendre de la Lune pour venir en vacances dans notre monde.
Mais certains gardent les pieds sur terre, veillent à ne pas tomber dans un trou en admirant l'astre, et savent que cette vision, tant magnifique soit elle, n'est qu'éphémère.
Sarys s'aventurait dans les bois de Litneg, pour se détendre et oublier ses soucis.


La Kabuto masquait son visage, son capuchon blanc aidant. Une lyre à la main, la Dame avance de façon ectoplasmique.
Sarys se retourne, mais il n'y avait rien. Une note gracieuse s'est échappée de la lyre. Le ciel est devenu noir, et elle est apparue en face de Sarys.
Visiblement, la musicienne de la taverne de l'autre soir.

Aucun mot ne fut prononcé. Des notes de la lyre résonnèrent dans la multitude, mais les regards, eux, ne s'envolèrent pas.
Ils étaient fixes.

Earlinde...

La Dame avait disparu, mais la mélodie de sa lyre restait.
Un autre bruit de pas se fit entendre. Sarys, s'étant retournée, a pu apercevoir à nouveau le visage scellé dans le kabuto.

C'était un sabre et non plus une lyre que tenait la Dame.
Une seule aile, aile gauche, fut dévoilée et étendue, comme pour afficher une quelquonque puissance.

"Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? demanda Sarys
-Je suis toi...Je veux me souvenir...
-Vous souvenir de quoi ?
-Souviens-toi, Earlinde..."


La Dame masquée avait disparu.
Un sentiment de châleur se fit ressentir dans le ventre de Sarys. Les sens étaient si étranges. La châleur parcourait tout son ventre, le point culminant étant là, dans son ventre.
En baissant la tête, l'enfant aperçevait la lame qui la transperçait. Sa vision devenait de plus en plus flou, mais pourtant elle se sentait de plus en plus bien... Non, pas comme ça...
Son corps heurta le tapis d'herbe souillé par son sang. Un souffle chaud fut expiré lentement par Sarys. Ce n'était pas un râle, ni une complainte,
mais un gémissement.

Le masque fut enlevé du visage si familier.
Les yeux embrûmés de l'enfant ont pu reconnaitre le visage de femme qui était dessiné sur le parchemin ovale trouvé la veille...
Mais les yeux vides de l'enfant ne distinguaient plus rien, avant de se fermer.

Souviens-toi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mer 31 Jan - 2:01

Souviens-toi...


Amakna, contrées premières à son long apprentissage, accueillait à nouveau Ameres Seregon Nenharma, l'enfant maudit par sa volonté même, Amakna, qui allait être le point de départ d'une nouvelle destinée...

La Mission était simple, assassiner un marchand écaflip qui vendait des informations contre eux à certains ordres bontariens.
C'était une menace pour la bonne route de certains plans.

Après quelques minutes de marche, l'assassin se trouva face à face avec sa proie. Ayant reconnu Ameres, le marchand eut une réaction étrange... il rigola...

"Je savais que tu viendrais tôt ou tard, Ameres. Tu es si prévisible !
Ils n'auront aucun mal à te manipuler ! Décidément, ta destinée est vraiment toute tracée. Les Grands ne pourront que contempler la chute de tes rêves, et l'établissement de leur pouvoir sur toi. Tu n'est qu'une de leurs armes, et ils t'utiliseront contre toi ! Hahahaha !"

Le rire du marchand se tue soudainement. Sa tête roulait sur le sol, tandis que le corps s'étendait dans la flaque pourpre qui envahissait le sol.
Aucun témoins, ce fut bref et efficace.
Ameres décrocha un badge sur le corps... l'épée ailée était gravée dessus...
"Vermine Bontarienne..."

Les mots du marchand n'avaient eu aucun effet sur l'esprit du disciple de Dame Sacrieur. Son impassibilité était sans égale, et faisait l'origine de sa réputation de tueur implacable, froid, et sans aucune pitié. Même lorsqu'il fallut qu'il enjambe les cadavres de son père et de sa mère...
Perdu dans ses pensées, Ameres repensait justement aux derniers mots de son père, qui furent prononcés dans une langue étrange... La souffrance sera ta vie
Rien de plus normal pour un disciple fanatique de l'enseignement de Sacrieur. Mais ces mots devaient sûrement cacher une quelconque malédiction. C'est du moins ce que pensait l'enfant déchu.

Le son de la voix douce et agréable le sortit brusquement de ses souvenirs, sans sursauter il prit une dague à la main et s'apprêta à s'en servir. Mais, lorsqu'il vit ses yeux, il se laissa attendrir. C'était elle aussi une fille de Sacrieur, elle était si belle, si raffinée, qu'il aurait fallu être fou pour oser répandre son sang sans même l'écouter une dernière fois....

"Pardonnez-moi de vous déranger monsieur, mais votre dague, une fois rentrée, je pourrais faire passer mon message..."
L'arme fut rangée soigneusement. La douce voix poursuivit...

"le fidèle de Dame Sacrieur pourrait-il m'aider à traverser une forêt peuplée de brigands ? J'aimerai aller prier sur la tombe de ma mère...
- Je ne suis fidèle à personne, sauf à ceux qui ont ma promesse.
- Mais je ne veux pas vous faire promettre ! Je vous en supplie, accompagnez moi jusqu'au cimetière, que je puisse la prier..."


Il contempla ses yeux, et il y vit une pûreté inégalable...
Malgrès sa froideur habituelle, et son coeur solitaire, Ameres accorda d'aider la dame jusqu'à la tombe.
En chemin ils parlèrent très peu, enfin, elle parla énormément, l'assassin se contentant de répondre aussi bien qu'il le pouvait aux nombreuses questions lui étant posées. Il apprit son prénom ainsi... Alucya.

Une fois face à la pierre, elle se mit à pleurer, discutant avec sa "mère" comme si la tombe pouvait lui répondre. Ameres contemplait les ornements... C'était une belle tombe, gravée soigneusement par une main habile. Un détail frappa Ameres, cette épée ailée... la même que sur le badge du marchand...

"...Puisse la grande Citée Bonta te garder parmi les siens, et t'accorder le repos éternel, Mère...
- Tu es Bontarienne ? questionna froidement le guerrier
-Non, mais ma mère l'était. Elle et mon père étaient riches. Mais après leur mort, je fus vite oubliée par les dirigeants de la citée, mais pas leur fortune... Ces politiciens corrompus ont volés les biens de mes parents, et j'erre depuis longtemps, sans rien, pas même une cabane, en laquelle dormir...
- Bonta est corrompue, les Bontaliens sont des chiens... Ils massacrent des personnes dans le but d'étendre leur corruption au delà des remparts de leur citée, ils n'apportent que le mal...
-Non... Seuls certaines âmes sont mauvaises, en Bonta, comme en Brakmar... Je ne leur en veux pas, ni aux voleurs, ni à Bonta... Je rêve d'un monde à nouveau uni, où la paix règne, et la corruption agonise...


Ses mots n'étaient qu'une vague utopie à ses yeux, mais pourtant, Ameres était conquis par ce qu'Alucya venait de lui dire. Il ne comprenait pas non plus ce qui s'animait dans son ventre, ni pourquoi son coeur se mit à battre plus fort... et le ciel se mit à pleurer...tout comme la nymphe de Sacrieur...

Ameres s'approcha d'elle, la recouvra de sa cape, et lui apposa son Dora sur la tête, et il la contempla...
"La pluie de tes yeux, je m'efforcerai de l'effacer. En attendant de te trouver mieux, je t'offre un lit et un repas dans ma tanière, à la jonction de sidimotte et de Cania."

Une flamme s'illumina dans son regard, et elle accepta.
Le soir, le feu dans la cheminée crépitait de manière festive, c'était la première fois qu'une invitée était conviée à la table de l'assassin, et il s'efforçait en bon pataud de lui convenir tant bien que mal.
En déposant son sac, un léger son fut émit, étouffé par l'épaisse laine de bouftou.

"Quel est ce bruit ?
- Ma lyre. Je suis musicienne, et grâce à cette lyre, j'ai pu manger quasiment à ma fin ces mois dernier.
- Une lyre dis-tu... Joues moi en, s'il te plait..."


La Lyre fut dévoilée, et les premières notes rappela à l'assassin celles que sa mère lui jouait pour le bercer.
La suite était magnifique. Ameres était sous le charme de cette inconnue, il lui vouait déjà un amour fou, et se sentait apaisé en la contemplant.
Ameres se leva, tandis qu'il pria son invitée de continuer à jouer. Un son de flûte résonnait maintenant aux côtés de celui de la lyre dans la demeure. Les deux instruments et leurs musiciens s'accordaient parfaitement.
Lorsque les instruments furent silencieux, ils s'échangèrent leur premier baiser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Mer 31 Jan - 12:28

Ameres, l'Amour te détruira.

La voix du disciple roublard d'Osamodas était sèche et froide.
Le vent l'étouffait presque.
Ameres et Mor était là, au sommet de la tour Noire. Ils y contemplaient le monde, le regard avide de conquête, les yeux emplis de haine lorsqu'ils regardaient le blanc illuminant le nord...
Les bourrasques de vent faisaient virevolter leurs capes noires.

Dois-je te rappeler qu'un roublard vient de mourir, trahi par une bontalienne espionne ? Elle l'a charmé, puis manipulé, pour avoir bon nombres d'informations sur nous.
- Elle, elle n'est pas de ceux-là... Bonta l'a trahi, et elle aspire juste à un peu de paix et de piété dans sa vie, après ce que les Bontariens lui ont fait subir.
- Peut être que ce discours est simplement préparé pour te manipuler. Je te conseille d'être vigilant, je ne tolèrerai pas l'échec...
- T'ai-je déjà déçu, maître ?
- Pour le moment nom, mais peut être que cette chienne t'égarera de tes promesses...


Ameres se retourna le regard empli de haine. Si ces mots là avaient été prononcés par une autre personne, il aurait sûrement fait couler son sang. Mais lui il ne pouvait que lui faire comprendre que les mots étaient de trop par son regard.

"Ne la qualifie plus jamais comme ça. Sache que je n'oublierai jamais ma promesse. Et que je resterai fidèle à mes paroles. Mais ne la qualifie plus jamais de chienne... Elle est neutre dans ce conflit.
- Puisse-tu dire vrai, mon ami. Je ne tolèrerai aucun échec. L'espionne qui a assassiné celui pour qui nous allons chanter ce soir, je l'ai eu entre mes griffes. Son corps était délice, mais son esprit flamme. Elle est morte dans d'horribles souffrances.
- On ne m'a jamais trompé... Même si je l'aime, son coeur est pur. Elle n'est pas corrompue comme cette vermine bontarienne. Crois-moi, Maître.
Et si jamais elle se sert de moi, je m'en rendrai rapidement compte. Je la tuerai de mes mains.
- Bien, tu as dis ce que je voulais entendre. Fête donc sa fécondité. Envol, Ailes Pourpres."


Ameres se retourna vers l'horizon, scruta vers l'imposante tour blanche, avec ses yeux haineux, puis se dirigea vers le bord du toit.
Envol, Ailes Pourpres.

Ameres sauta dans le vide. Depuis son enfance chaotique, après avoir assassiné ses parents, c'était une chose qu'il faisait souvent, par désir de se donner la mort. Tester ses limites. Jouer avec Rushu.
Mor lui avait trouvé une raison de vivre, et Ameres prêta serment.
Les ailes pourpres furent déployés, le regard froid, le choc.

Le bruit sourd fit sursauter un milicien, qui ne comprenait pas ce qu'il s'était passé. Il ne pouvait admirer qu'un nuage de poussière provoqué par l'impact.
Celui-ci se dissipant, il pu constater qu'Ameres était droit, les ailes déployées à leur apogée, entouré d'une aura rougeâtre.
Mor, contemplant ce spectacle, ne put s'empêcher de sourire.


La nuit venue, un chant résonnait dans les landes Sidimottes.
Une complainte roublarde. Un ôde triste et solenelle à un guerrier tombé.
C'était un hommage.
Les voix chantaient une plainte pour la paix de l'âme du roublard mort.

Alucya était assise devant la chaumière, et versait une larme à l'Entente de ce chant.
Les brakmariens n'osèrent pas chanter, ils déposèrent juste un tapis de bougies devant la demeure du fou, qui a osé croire en l'amour d'une bontarienne.

Ameres essuya la larme sur la joue de celle qu'il chérissait tant.
En sanglot, elle lui demanda la nature de cette hymne sombre et triste.
Ce n'est qu'une complainte de la part des guerriers comme moi, en hommage à l'un des notres qui est tombé.
- Et toi tu ne chantes pas ?
- As-tu entendu la première voix qui s'est élevée dans ces landes ?
- Oui ?
- C'était moi.


Le Chant poursuivait, et Ameres repris son chant en s'enfonçant dans les Landes, tenant Alucya par la main.
Et elle se mit à chanter, elle aussi.
Sa voix était esseulée, les roublards s'étant tus, à l'écoute de l'impie qui les accompagnait dans la complainte.
Puis toutes les voix accompagnèrent Alucya, dans son chant.

Les voix se rapprochaient, et observait la chanteuse pleurer en même temps qu'elle rendait hommage.
Ameres n'osait plus chanter. Son coeur était troublé par le spectacle qui se déroulait devant ses yeux. Le guerrier sombre et solitaire ne pouvait fléchir... Et pourtant, ses joues laissèrent couler une larme de sang.

Ses pairs craignaient ces larmes sanglantes, elles étaient le signe souvent de la folie meurtrière d'Ameres, son envie de sang...

Le chant s'estompa, la nuit de pleine lune suiva tranquillement son cours.
La pluie marqua la tristesse des 12 face à ce spectacle, et ils se dispersèrent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Ven 2 Fév - 1:39

Les jours avaient filés, ils vivaient dans le bonheur...

Ameres voyageait souvent pour remplir ses mission. Et à chaque fois qu'il revenait, il était étonné de voir sa douce de plus en plus fatiguée.
L'Enfant allait naître bientot. Les mages avaient senti la féminité de la progéniture.

"Mon Amour, tu n'as pas peur que lorsqu'elle sera grande, elle rejette tout ce que tu as fait ? J'ai peur pour elle, qu'elle te haisse...
-J'y pense...chaque fois qu'un des leurs tombe, je pense à elle...
-Promet moi d'arrêter de tuer une fois qu'elle est née.
-Je te le promet. J'en parlerai à Mor... J'accomplirai la derniere mission qu'il me confiera, puis je me retirerai pour m'occuper de toi et d'elle.
-Je t'aime..."



Ameres attendait dans la taverne de Djaul l'arrivée de Mor. Mais il n'obtenu juste que la visite d'un Roublard venant lui apporter un parchemin.
Rejoins-moi au temple.

"Le temple du sang", voila comment Alucya appelait ce temple.
C'était un temple érigé en gloire à Rushu. Ameres aimait venir en admirer la statue du "Maître". Mor était là, et admirait lui aussi.
"Venir ici est un privilège...Prier Rushu est une chance.
-Le servir serait un rêve.
-Ecoute-moi Ameres. Ta fille va bientot naître. Je sens ton coeur fléchir. Tu n'es plus le même. Mais je ne te le repproche pas. On aspire tous à cette paix intérieure.
-Oui.
- Mais je ne lui fais pas confiance.
- Pourquoi ?
-Tu viens m'annoncer qu'après l'attaque sur Bonta, tu ne tueras plus, pour l'amour te ta fille...blablabla...très émouvant discours que tu t'apprètais à me faire là...
-Si tu m'espionne, je n'ai donc plus rien à te dire.
-Reste ! Je ne t'espionne pas, mais bien elle. Cet enfant symbolise l'union du plus froid et terrible des assassins roublards, avec une souillon bontarienne...
Nos ennemis n'hésiteront pas à ce servir de cet enfant pour nous faire du tort.
-Dans ce cas, faisons en sorte de ne plus avoir d'ennemis après notre attaque."


Ameres souriait. Il voulait que le sang innonde Bonta. belle fin de carrière.
Les deux roublards échangèrent ce sourire sadique.
Envol Ailes Pourpres.


Une eniripsa brakmarienne et une feca de la même citée aidère Alucya à mettre au monde son enfant.
Les yeux bleux cerclés de vert pleurèrent de chaude larmes face à la douleur. Mais les pleurs de l'enfant vinrent récompenser les efforts d'Alucya. Dans le plus grand des secrets venait de naître sa fille.
"Voici votre Enfant, Dame Seregon Nenharma."

Ameres pénétra dans la demeure pour admirer sa femme et sa fille. Il caressa la chevelure de la mère, puis le visage du nouveau-né...
"Earlinde Seregon Nenharma... Ma fille..."

Quelques jours passèrent, Ameres passait son temps dans les Landes Noires de Sidimottes. Il doutait.
Est-ce que Mor avait simplement peur, ou avait il raison au sujet d'Alucya ?
Après tout, il se sentait si appaisé d'être aimé et d'aimer, qu'il avait oublié son enfance même... les mots de son père à sa mort... ceux de Mor...les cris de sa mère...
Le tonnerre sorti Ameres de ses pensées. Il pleuvait fort.
Il se réfugia dans la demeure.
Alucya jouait de la lyre. Elle chantait dans une langue étrange, peut être la même que celle du père d'Ameres, avant de mourir...
Alucya chantait :

Envole toi,
Blanche colombe,
Ne te retourne pas
même, si je tombe...

prend ton envol,
et fuis moi,
mon coeur s'immole,
En Amakna..

Complainte du temps,
et des sourires,
qui m'ont croisé,
et me font soufrir,

Au loin les âges,
des magies dispersées,
Maitre forgemage,
Chansons oubliées


Mais qu'importe le temps,
les tofus, le soleil levant
Grandis Enfant,
N'oublies pas tes parents...


Elle s'apercevit enfin de la présence de son mari.
"Ca va ? Tu es tout trempé !
-oui...et elle ?
- Oui, je la berçais.
- Bien, écoute moi... J'arrête tout.
- Vraiment ?
- Oui, cette nuit aura lieu un assaut sur Bonta. Ensuite, je me consacre à toi et Earlinde.
- Tu vas donc arrêter de tuer...après un massacre ?
- Je l'ai promis.
- et notre fille, tu y penses ?
- JE L'AI PROMIS ! hurla Ameres"


Ses yeux étaient emplis de haine, un démon du passé l'habitait, et le Disciple de Dame Sacrieur ne voyait que cet assaut ultime pour se libérer.
Les deux s'engueulèrent très fort. C'était leur première dispute.
Alucya tremblait face aux propos de son mari, et l'enfant pleurait.
Pour la calmer, Ameres joua un peu de flute. MAis visiblement, c'était pour lui qu'il jouait... pour se préparer...L'Enfant souria, admirant son père, ce guerrier...
Malgrès les plaintes de celle qu'il aimait plus que tout, Ameres franchit le seuil de sa porte, et s'en fut dans la nuit...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 3 Fév - 16:28

Alucya était inquiète, il ne fallait pas que cette nuit soit le théâtre de combats sanguinaires. Alucya habilla sa fille avec un vêtement de soie rouge, qui lui recouvrait également une partie de la tête à l'aide d'une capuche, pour ne pas qu'elle prenne froid.
Alucya mit sont habit blanc, mit elle aussi sa capuche, accrocha sa lyre à sa ceinture, puis se masqua avec un Kabuto.
Son pas léger et rapide la conduisait assez rapidement à Bonta, malgrès le long détour qu'elle dût entreprendre.
Elle était face au sanctuaire de l'Archangel, Earlinde eut un petit rire en regardant les portes.
Une sadida bleue fit face aux sacrieuses. Sa voix, douce et inquiète par ses nombreuses visions, demandait ce qu'il se passait.

Après leur discussion, Alucya ayant oté son masque, Earlindé tendait les bras vers la guerrière de l'Archangel, en riant.
La sadida lui tendit la main, main que le bébé attrapa derechef.
Une vision d'une guerrière disciple de Dame Sacrieur, coiffée d'un dora, lui tournant le dos, frappa l'Oracle. La Sacrieuse lui disait d'un ton grave et triste, avec une larme s'évadant sur les joues...
Sache que je n'oublierai pas ma promesse, et que je tiendrai parole.

L'Oracle sursauta. Elle pouvait voir l'enfant qui souriait et rigolait.
Les 3 Dames marchèrent jusqu'aux portes de Bonta.
"Dame Alucya, je vous remercie de m'avoir prévenue.
Nous essayerons de repousser cet assaut.
- Faites en sorte que Bonta ne flanche pas face à eux, je vous en supplie.
- Je vous le promet. Une dernière chose, par contre...
- Oui ?
- Votre fille... Prenez soin d'elle.
- Bien sûr, Dame Nel."


Earlinde et sa maman partirent de Bonta, et se réfugièrent sur une colline non loin de Bonta. Elles assistèrent à une grande bataille, où les Archangels furent victorieux. Des années plus tard, Earlinde contera cette bataille, croyant l'avoir immaginé de toute pièce, lors de sa dernière épreuve pour l'adhésion dans l'Archangel.

Plus loin, Ameres observait, aux côtés de Mor.
"Tu vois, elle t'a trahi. Tue-les."
Ameres cachait son visage dans l'ombre de son dora. Il déployait toute sa haine dans sa course, il voulait les surprendre.
Earlinde se mit à pleurer. Alucya la calina pour la calme. Lorsque la voix de son mari susurra à son oreille...
Es-tu fière, Alucya ?

Earlinde continuait de pleurer. Alucya se retourna pour contempler l'homme qu'elle aimait tant.
ameres se tenait face à celle qui avait réussi à faire fondre son coeur de glace. Il masquait toujours son visage dans l'ombre de son Dora. La haine la plus pure l'habitait. Ce n'était plus celui qu'elle connaissait.
Ses membres étaient raides. Sa voix, grave.

"Tu m'as trahi...et tu t'es jouée de moi. Bon nombre de nos hommes sont mort par ta faute. Ces hommes qui nous servaient loyalement. Pour protéger ces vermine...tu as sacrifié la vie de tant de gens...
- Ameres ! Vous alliez faire de Bonta un bain de sang ! Je ne pouvais pas laisser faire ça ! Tu ne m'as jamais expliqué pourquoi tu haissais Bonta... mais celà ne te donne pas le droit de vouloir massacrer ses habitants !
Tu ne sers que la volonté d'un démon qui fait de toi son arme. As tu pensé à ta fille ?
- Tu n'es qu'une sale espionne bontarienne...Tellement douée et rusée...que tu as réussis à me faire fléchir...Avoir joué avec moi pour satisfaire tes dirigeants...ne fais qu'aggraver ma haine...
- Mais je ne travaille pas pour eux ! J'ai tenté d'épargner les vies d'innocents !
- En sacrifiant celle des autres ?"


Le ciel se mit à pleurer. Sûrement pour masquer les larmes d'Alucya, qui voyait en celui qu'elle aimait son assassin. A mesure que la lame s'enfonçait, les larmes tombaient se mélangeant au sang et à la pluie. Elle posa sa tête sur son épaule, et murmurait à son oreille...
"Ameres...mon amour... je t'ai toujours aimé...
- Moi aussi...
- Alors... pourquoi ?
- Sache que j'ai fais une promesse. Et je resterai fidèle à mes paroles.
- Quelle....promesse ?
- Avant d'achever ma mère, je lui ai prêté serment. Serment comme quoi je ferai de ma haine mon unique but, et ce pour toute ma vie. Serment comme quoi je vivrai pour tuer tout ceux qui oseraient croiser ma route. Serment comme quoi je me battrai sans relâche, pour assouvir le règne du Sud sur le monde.
- Je ne t'ai... pas trahi...Je voulais juste....sauver des vies...Pourquoi me tuer ?
- Parce que je t'aime encore... Et je t'aimerai toujours. Envol, Ailes pourpres. Regard Sombre, lame en sang, coeur de flammes. Haine, Peine, Souffrance, sentiments implacables. Envol, Ailes Pourpres.
- Earlinde...laisse la vivre....je t'en supplie...mon...ange..."


Ameres retira la lame du corps d'Alucya. Celle ci tomba sur le sol, Earlinde dans ses bras. Ameres contempla cet horrible spectacle, de voir sa fille baigner dans le sang de sa mère, et il versa une larme.
Il tourna le dos à celles qu'il aime tant, et se dirigea vers Brakmar, où se réunissaient les légions repoussées par les Anges. Les tambours commençaient à résonner.

Alucya se releva difficilement, Earlinde dans ses bras. Elle se dirigea à nouveau vers Bonta, son allure était lente, la vie s'enfuyant peu à peu.
La Fille de Sacrieur n'avançait qu'en écoutant les lamentations de sa Déesse, sous les larmes du ciel.
Elle déposa l'Enfant devant une maison proche du Sanctuaire de l'Archangel.


Alucya eut la force de marcher jusqu'à un chêne, près de l'endroit où son mari l'avait blessée. Elle tenta de s'assoir, mais son corps s'écroula sur l'herbe, déjà tachée de son sang. D'ici elle pouvait apercevoir Bonta, et sa beauté.
Un ange se dirigeait vers Alucya. Il s'agenouilla près d'elle.
"Le destin a voulu que je soit là pour vous accompagner dans vos derniers instants, avez vous une dernière volonté que je peux accomplir, Madame ?
- Oui... Veille...sur...ma.......fille..."

Alucya s'était éteinte, face à l'Aurore qui venait éclairer les murs blancs de la cité...


Roublards et Brakmariens chantèrent la complainte en hommage aux soldats morts lors de la débale, toutes la nuit. Des tambours de guerre accompagnèrent ce chant.
Ameres subit un pincement au coeur, à l'Aube, elle était morte. Les témoins assistèrent aux dernières larmes du guerrier sanguinaire. Certains disent qu'il a chanté pour sa femme et sa fille, ce soir là.
Et il avait disparu loin de tout.
Quelques fois ses chants et sa flute sont entendus dans les Landes Sidimottes, Brakmar, ou Bonta.
Tout comme parfois une lyre résonnait dans la multitude... Ils s'aiment jusque dans la mort.

C'était l'Aube, Konoka fut réveillée par des pleurs. Elle trouva l'Enfant au pied de la porte de la maison Gryffondor. Elle décida de l'Adopter.
Elle nettoya l'enfant, le pouponna, et l'appela Sarys.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Sam 3 Fév - 16:36

Envole toi,
Blanche colombe,
Ne te retourne pas
Et même, si je tombe...

prend ton envol,
et fuis moi,
mon coeur s'immole,
En Amakna..

Complainte du temps,
et des sourires,
qui m'ont croisé,
et me font soufrir,

Au loin les âges,
des magies dispersées,
Maitre forgemage,
Chansons oubliées

Mais qu'importe le temps,
Le soleil levant
Grandis mon Enfant,
mais n'oublies pas tes parents...


La guerre entre les citées,
Je m'en suis voulu...
Avoir épousé...
Ton père, si déchu...

C'est dans le secret,
Qu'au monde tu es venue,
Et loin des ailés,
de ta rancoeur et de ta haine...

Mais qu'importe le temps
Bonta ou le vent,
grandis mon enfant,
mais n'oublies pas tes parents...



Sarys se réveilla dans les bois de Litneg, sa plaie au ventre ayant disparut.
La Voix d'Alucya, qu'elle avait entendu dans son rêve, résonnait dans les bois.

Le vent soupira quelques murmures, la lyre s'était arrêtée.
Sarys rentra en Bonta.
Son avenir ne lui appartient pas, et elle devra l'affronter...tôt ou tard.


[ Fin. ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Jeu 12 Avr - 19:33

Danse petite goutte de pluie, sur son visage qui se noie toujours et encore.
Brille, luit, petite flamme dans la nuit, autour de son corps déjà mort.

Les choses ne sont jamais telles que nous les souhaitions. Le temps nous glisse entre les doigts dans son flot immuable, des Anges naissent, périssent, tout comme la petite fleur qui pousse dans sa main.
Rien ne sera plus comme avant. Le regard change, les sourires aussi. Il ne nous reste que les souvenirs, les plus tendres, les plus graves et les plus joyeux.
Au loin les âges, les magies dispersées, toutes les croyances de puretés ou de simple alliance, les regrets prennent le pas sur la bonté d'une âme, sur ses choix.

Sa main sanglante effleure cette porte en bois fermée depuis bien trop longtemps. Son soupir fut long, plein d'amertume.
Son regard n'était que rivière là où son coeur était pluie.
Tout son être se remplissait du sable meurtri du temps, comme vont et viennent les jours et nuits. Les souvenirs reviennent si subitement...

Son pas lourd et grave résonne dans un sanctuaire en pleine nuit, au rythme des gouttes de pluies qui éclatent contre le toit et les pierres du jardin intérieur.

La voix sombre lui insufflait des pulsions si vaines, qu'une larme ruissela sur son visage, avant de s'échouer sur le sol.

"au revoir"


La pluie frappa sa coiffe, l'ombre de cette dernière dissimulant les yeux des lunes pourpres, le sceau Seregon Nenharma, la tristesse.
Le bruit des larmes des 12 qui s'échouaient sur elle résonnait en elle comme une triste mélodie.

Devant elle, il n'y avait plus rien.
Dans son dos se fermaient les portes du saint Sanctuaire Archangel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...   Aujourd'hui à 9:41

Revenir en haut Aller en bas
 
[BG]Sarys : En Quête du Crépuscule...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Inactif] Crépuscule de Lordaeron
» Marteau du crépuscule & propagande
» La cabale du crépuscule /vs/ Chaotiques
» [ACHAT]Soeurs du crépuscule sans dragon
» Le Cercle du Crépuscule.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archangel :: Le Sanctuaire (Partie RP) :: Carnets de Vol-
Sauter vers: