AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Poêmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vili
Trône
Trône


Nombre de messages : 1704
Age : 32
Guilde : Crowd
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:01

Salut à tous.

Bon, il y a déjà eu des sujets dédiés à cela, mais tous basé sur le jeu, alors je me lance.

Vous savez, je ne suis pas qu'une personne doté d'un caractère de cochon, autoritaire, et j'en passe, j'ai aussi un petit coeur qui bat, et les poêmes me touchent beaucoup... :oops:

Bon, maintenant que vous avez bien rigolés sur ma poire, voici deux poêmes, l'un étant de Beaudelaire, l'autre datant de mon adolescence.

Citation :
Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

II est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
– Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Citation :
Qui suis je ?
Un voyageur de la vie
Qu'importe mon nom,
Qu'importe mon âge,
Seule importance : je vis.

Où vais je ?
Partout, nulle part
Qu'importe le lieu,
Qu'importe le temps,
Seule importance : je vis.

Dans quel état j'erre ?
Blessé, Guéri,
Qu'importe l'état,
Qu'importe l'errance,
Seule importance : j'aime.

PS : le premier qui vient pour se moquer, je le cherche pour le poutrer IRL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knightwolf.dofus.online.fr/
Happiest
Trône
Trône


Nombre de messages : 291
Guilde : Les XD
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:16

Vili a écrit:

Citation :
Dans quel état j'erre ?
Blessé, Guéri,
Qu'importe l'état,
Qu'importe l'errance,
Seule importance : j'aime.
Bah tu a essayé dans celle du haut à coté des bouquins :DD

Vili a écrit:

PS : le premier qui vient pour se moquer, je le cherche pour le poutrer IRL.
Ca serait tellement sympa de se rencontrer ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maribla
Archange
Archange


Nombre de messages : 971
Age : 29
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:17

Personnellement un de mes préféré

Spleen, Les Fleurs du Mal , Beaudelaire.
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happiest
Trône
Trône


Nombre de messages : 291
Guilde : Les XD
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:25

Sinon, un qui m'a beaucoup marqué plus jeune.

Citation :
Demain, dès l'aube...
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Victor HUGO (Recueil : Les contemplations)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara
Archange
Archange


Nombre de messages : 1688
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:46

Vili a écrit:
Vous savez, je ne suis pas qu'une personne doté d'un caractère de cochon, autoritaire, et j'en passe, j'ai aussi un petit coeur qui bat, et les poêmes me touchent beaucoup...
Quelqu'un qui apprécie la chanson One More Kiss Dear de Vangelis ne peut pas être totalement dénué de sensibilité ...

Mon Navire d'Oubli

Mon navire d'oubli passe comme un fantôme
dans une mer atroce, hivernale, à minuit ;
de Charybde en Scylla son cap, au gouvernail
mon maître, mon seigneur - hélas, mon ennemi.

Alerte, une pensée pousse chaque aviron,
rebelle, défiant la mort et la tempête ;
la voile est déchirée par un vent éternel,
humide, de soupirs, d'espoirs et de désir.

Les haubans fatigués, mouillés et alourdis
par le dédain brumeux et la pluie de mes larmes,
sont un tressage épais d'ignorance et d’erreur ;

les deux signes d'amour, mes guides, ont disparu,
dans les flots ont sombré mon art et ma raison ;
et déjà de toucher mon port je désespère.


Francesco Petrarca (dit Pétrarque), Canzoniere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cara.dofus.online.fr
Mirabellia
Esprit divin


Nombre de messages : 1000
Age : 33
Guilde : La IIIe Légion
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 13:47

Voici quelques uns des miens, datant d'il y a 3 ans à peu près:

Citation :
l'Amitié

L'Amitié c'est donner tout,
Sans même attendre un bout
De quoi que ce soit en retour,
Ni de l'Amitié, ni de l'Amour.

L'Amitié c'est en premier lieu,
Faire sourire et rendre heureux,
Partager un pain secret,
Sans même espérer être aimé.

L'Amitié est enfin comblée,
Lorsqu'un jour on a trouvé,
Une personne comme nous,
Qui vous a donné beaucoup.

S'en suit alors bonheur et complicité,
Rires, larmes et confidences partagées,
Echanges existenciels et uniques,
Car l'Amitié est vraiment magique.

Pour la vie et à jamais,
Cette personne restera gravée,
Dans un coin de notre coeur,
Où sera toujours la chaleur.
Citation :
Petite Fleur

Petit fleur deviendra grande,
Se courbe, salue et demande,
Quand est-ce que viendra son tour,
Où ses pétales verront la lumière du jour.

Innocente petite fille,
Tu es là avec tes yeux qui brillent,
Espiègle petit bouton,
Qui se croit loup parmi les moutons.

Petite fleur la vie est courte,
Profite de ta jeunesse, écoute,
Tu as bien le temps de t'épanouir,
Ne sois pas pressée de grandir.

Car l'innocence se fait rare,
Plus tôt la Vie démarre,
L'enfance est avortée,
Le bouton s'est vite fané.

Alors, petit fleur, vis,
N'écoute que toi et non tes "amis",
Car l'enface est belle,
Crains le froid et la grêle..
...Parmis une bonne trentaine de textes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maribla
Archange
Archange


Nombre de messages : 971
Age : 29
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:05

Tient un extrait du tome 13 de l'assassin royal qui me fait particulierement déprimer.

En cette ultime danse où se joue le hasard,
Plus jamais ne serait ton cavalier de bal.
C'en est un autre qui sous mon triste regard,
Te fera parcourir en tournoyant la salle.

En cette ultime danse où se joue le hasard,
Quand il me faudra dire à ta vie adieu,
Je voudrai que pour toi elle ai tout les égards,
Que tu sache t'envoler vers les cieux.

En cette ultime danse où se joue le hasard,
Quand je serai certain de te perdre à jamais,
Te laisserai aller, regrettant ton départ,
Souhaitant que devant toi s'enfuie les vents mauvais.

En cette ultime danse où se joue le hasard,
Nous nous verrons nos esprits l'un à l'autre avoués,
Nous nous séparerons, endueillés et hagards,
Quand le noeud qui nous lie sera dénoué.


Dernière édition par le Jeu 13 Avr - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nel
Sage
Sage


Nombre de messages : 6050
Age : 33
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 15/01/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:21

Vous n'avez guère de chance, je viens hier de finir un recueil de Vian, je vous inflige donc quelques pièces peu digestes.

Citation :
Je voudrais pas crever
Avant d'avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d'argent
Au nid truffé de bulles

Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un coté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
Sans avoir essayé
De porter une robe
Sur les grands boulevards
Sans avoir regardé
Dans un regard d'égout
Sans avoir mis mon zobe
Dans des coinstots bizarres

Je voudrais pas finir
Sans connaître la lèpre
Ou les sept maladies
Qu'on attrape là-bas
Le bon ni le mauvais
Ne me feraient de peine
Si si si je savais
Que j'en aurai l'étrenne
Et il y a z aussi
Tout ce que je connais
Tout ce que j'apprécie
Que je sais qui me plaît
Le fond vert de la mer
Où valsent les brins d'algues
Sur le sable ondulé
L'herbe grillée de juin
La terre qui craquelle
L'odeur des conifères
Et les baisers de celle
Que ceci que cela
La belle que voilà
Mon Ourson, l'Ursula

Je voudrais pas crever
Avant d'avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J'en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux

Je voudrais pas mourir
Sans qu'on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer à la montagne
La montagne à la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore
Qui dorment dans les crânes
Des géniaux ingénieurs
Des jardiniers joviaux
Des soucieux socialistes
Des urbains urbanistes
Et des pensifs penseurs

Tant de choses à voir
A voir et à z-entendre
Tant de temps à attendre
A chercher dans le noir

Et moi je vois la fin
Qui grouille et qui s'amène
Avec sa gueule moche
Et qui m'ouvre ses bras
De grenouille bancroche

Je voudrais pas crever
Non monsieur non madame
Avant d'avoir tâté
Le goût qui me tourmente
Le goût qu'est le plus fort
Je voudrais pas crever
Avant d'avoir goûté
La saveur de la mort.

Citation :
Si je croyais en Dieu
Je serais heureux
De rêver au jour où je verrais dans le ciel
Un ange en robe blanche
Par un clair dimanche
Descendant vers moi dans un chariot doré
Dans un bruit d'ailes et de soie
Loin de toute la terre
Très haut, je verrais se lever devant moi
L'aube d'un jour sans fin
La brûlante lumière
Le bonheur éternel
Si je croyais en Dieu

Mais j ai vu trop de haine
Tant et tant de peine
Et je saisis mon frère, qu'il te faudra marcher seul
En essayant toujours
De sauver l'amour
Qui te lie aux hommes de 'a Terre oubliée
Car tout au bout du chemin
Une faux à la main
La mort, en riant, nous attend pas pressée
Aussi mon ange à moi
Je le cherche en ce monde
Pour gagner enfin ma part de joie
Dans ses bras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dofus-archangel.com
Vili
Trône
Trône


Nombre de messages : 1704
Age : 32
Guilde : Crowd
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:30

Je... heu... hum... :oops: J'en ai fait un cette nuit après avoir déco, pour la femme que j'aime, et qui traverse des moments difficiles... Il est pas forcément bien écrit, mais bon... :oops:

Citation :
L'amour guide mes pas
Mais ne me permet pas
De trouver les bons mots.
Ce qui t'affecte trouve en moi en triste écho,
Même si je n'ose te le dire,
De peur que tu ne craignes le pire.

Je suis un géant aux bras protecteurs,
Alors laisse moi pour l'heure
Te serrer contre mon coeur,
Et ainsi apaiser notre douleur.
Quoiqu'il arrive, je serais là pour toi,
Pour cette épreuve, mais aussi toutes les autres fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knightwolf.dofus.online.fr/
Mirabellia
Esprit divin


Nombre de messages : 1000
Age : 33
Guilde : La IIIe Légion
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:45

C'est zouli :)

C'est la période des crasses pour tout le monde j'ai l'impression -_-"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papageno
Bontalien


Nombre de messages : 371
Age : 36
Guilde : Gryffondor
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:46

De l'amour d'abord, avec Clément maraud
Citation :
Anne, par jeu, me jeta de la neige,
Que je cuidais froide certainement ;
Mais c'était feu ; l'expérience en ai-je,
Car embrasé je fus soudainement.
Puisque le feu loge secrètement
Dedans la neige, où touverai-je place
Pour n'ardre point ? Anne, ta seule grâce
Eteindre peut le feu que je sens bien,
Non point par eau, par neige, ni par glace,
Mais par sentir un feu pareil au mien.


Puis un poème macabrement jouissif, venu tout droit du pont du Rimbaud Warrior.
Citation :

Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins.

Messire Belzébuth tire par la cravate
Ses petits pantins noirs grimaçant sur le ciel,
Et, leur claquant au front un revers de savate,
Les fait danser, danser aux sons d'un vieux Noël !

Et les pantins choqués enlacent leurs bras grêles :
Comme des orgues noirs, les poitrines à jour
Que serraient autrefois les gentes damoiselles,
Se heurtent longuement dans un hideux amour.

Hurrah ! les gais danseurs qui n'avez plus de panse !
On peut cabrioler, les tréteaux sont si longs !
Hop ! qu'on ne cache plus si c'est bataille ou danse !
Belzébuth enragé racle ses violons !

O durs talons, jamais on n'use sa sandale !
Presque tous ont quitté la chemise de peau ;
Le reste est peu gênant et se voit sans scandale.
Sur les crânes, la neige applique un blanc chapeau :

Le corbeau fait panache à ces têtes fêlées,
Un morceau de chair tremble à leur maigre menton :
On dirait, tournoyant dans les sombres mêlées,
Des preux, raides, heurtant armures de carton.

Hurrah ! la bise siffle au grand bal des squelettes !
Le gibet noir mugit comme un orgue de fer !
Les loups vont répondant des forêts violettes :
À l'horizon, le ciel est d'un rouge d'enfer...

Holà, secouez-moi ces capitans funèbres
Qui défilent, sournois, de leurs gros doigts cassés
Un chapelet d'amour sur leurs pâles vertèbres :
Ce n'est pas un moustier ici, les trépassés !

Oh ! voilà qu'au milieu de la danse macabre
Bondit dans le ciel rouge un grand squelette fou
Emporté par l'élan, comme un cheval se cabre :
Et, se sentant encor la corde raide au cou,

Crispe ses petits doigts sur son fémur qui craque
Avec des cris pareils à des ricanements,
Et, comme un baladin rentre dans la baraque,
Rebondit dans le bal au chant des ossements.

Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Trône
Trône


Nombre de messages : 2719
Age : 31
Guilde : Red Cloud
Date d'inscription : 19/02/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:47

Mirabellia a écrit:
C'est zouli :)

C'est la période des crasses pour tout le monde j'ai l'impression -_-"

Confirmation. T_T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jsorant.free.fr
Maribla
Archange
Archange


Nombre de messages : 971
Age : 29
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Jeu 13 Avr - 14:50

Ouah je le connaissait pas celui là mais j'adore. Ca me rapelle beaucoup l'ambiance des animation de Tim Burton. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vili
Trône
Trône


Nombre de messages : 1704
Age : 32
Guilde : Crowd
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Dim 16 Avr - 21:11

Extrait d'un livre de Stephen King, Le Pistolero

Citation :
Vois la Tortue comme elle est ronde !
Sur son dos repose le monde.
Son esprit, quoique lent, est toujours très gentil ;
Il tient chacun de nous dans ses nombreux replis.
Sur son dos se prêtent tous les serments ;
Elle ne peut nous aider mais jamais elle ne ment.
Elle aime la terre, elle aime l'océan,
Et elle m'aime, moi qui ne suis qu'un enfant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knightwolf.dofus.online.fr/
Sarys
Trône
Trône


Nombre de messages : 4501
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Dim 16 Avr - 21:25

de moi :




Berce moi,
dans ton sanctuaire maudis,
protège moi,
des larmes de la pluie,
embrasse-moi,
unis-toi à moi à l'infinis,
tues-moi,
fais d'une goutte la fin de ma vie,


Regarde cet homme
les larmes glacée
il parait faire un somme
comme un miroir que l'on vient de briser

La pluie n'est pas une cachette, elle est juste une réalité, ma réalité.
Face aux regards incipides des gens, nous méprisant, faire face par un sourire
les rends fuyant.
Mais peu à peu, c'est notre âme qui fuit notre vie maudie...

Le sang coule comme une larme celeste
la vie s'écoule comme une pluie inceste
Encore ce chant pathéthique
porté par des voix d'enfants, unique...


J'entends ces voixs partout
où la tristesse m'égare.
je perçois ces halos blancs surtout
lorsque la vie se joue avare

Il pleut sur moi depuis ma naissance, jouissant de jour en jour de l'indifférence.
Isolé de tous par le monde, faisant face à mon enfance qui s'éloignait à grands pas
peu à peu le petit moi mourrait pour laisser la place à ce que je suis moi...

l'enfant que j'ai été a disparu
La nuit ou j'ai vu le sang étendue
Comme si c'est moi qui venait de mourrir
Alors que c'est moi qui était en train de tuer...

Ainsi fut perdu la joie de vivre
d'un enfant que les cieux ont choisi de maudire
Sa naissance fut transformé en chant
sa joie en sang...

Personne ne peut choisir qui doit vivre ou mourir,juste le destin nous guide à perir
j'ai cru en la sauvegarde de mon être quand j'ai croisé un ange
mais l'ange s'est joué de moi, et ma blessé
Moi, qui croyait avoir une écorce,fut surpris de voir mon coeur ravagé avec une telle
haine, une telle force, l'envie de briser le peu de vie qui me restait,
l'envie de trahir ce en quoi je croyait
BETRAYAL

JE revois ces enfants
égorgés au chant du christ
je revois leur sang
dessiner le nombre de l'antéchrist

"Maudit soit ton être
Bannie soit ton âme
Esseulé à jamais"
voilà ce que leurs corps sans âmes chantaient...

regardant mes mains,leur sang, mon sang,
ainsi que leur regard blanc qui me contemplait
pupille blanche qui me figeait
la pluie céleste qui tombait, larmes d'enfants...

Schyzophrénie un temps partiel
d'avoir eu son être déchiré en deux, par la lame de son propre sang,
Crime impunie, enfant rejeté, vie bannie, âme souffrante...

Le regard m'apparait encore,
celui de l'ange souriant qui ma brisé,
peines - mille haines - sans remords
C'est ainsi que je me suis retrouvé à errer...


Croire-maudire-bannir-fuir-aimer-hair-pleurer-
froideur dans l'ame
d'un être esseulé
qui n'a pour amies que ses larmes...

...dans lesquelles il s'est noyé..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarys.canalblog.com
Ombre
Attention, démon... ^^
Attention, démon... ^^


Nombre de messages : 26
Guilde : Daedrik
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Ven 21 Avr - 10:33

Mais c'est tout mimi tout ça...

Félicitations.

A moi, à moi... *sautille*

Quelques vers de Wystan Hugh Auden, que j'affectionne tout particulierement.


Chant Funèbre

Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,
Empêchez le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne,
Faites taire les pianos et sans roulement de tambour,
Sortez le cercueil avant la fin du jour.

Que les avions qui hurlent au dehors
Dessinent dans le ciel ces trois mots : Il Est Mort,
Nouez voiles noirs aux colonnes des édifices,
Gantez de noir les mains des agents de police.

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est et mon Ouest,
Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,
Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson,
Je croyais que l'Amour jamais ne finirait : j'avais tort.

Que les étoiles se retirent ; qu'on les balaye ;
Démontez la lune et le soleil,
Videz l'océan et arrachez la forêt ;
Car rien de bon ne peut advenir désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daedrikdremora.forumactif.com
Laidacil
Trône
Trône


Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Dim 7 Mai - 18:41

Je vais vous poster un petit poeme que je viens de decouvrir, que je trouve magnique et qui explique à peu prés à 200% ce que je ressends en ce moment ç_ç

Citation :
Tu resteras ma plus belle déception


L’heure est arrivée, tu vas t’en aller
Tout s’arrête pour moi, tout se lamente en vain
Tout est triste, tout pleure, mon cœur saigne
Hier sauvé in extremis par l'amour
Aujourd'hui attristé par l'amer désamour
Et cent fois je me souviens de notre histoire…


Le temps de t’aimer, d’être avec toi, de sentir ta présence,
La vie m’avait paru plus agréable, moins monotone, le temps moins lent ;
Le temps de t’aimer je me suis senti moins seul, moins inutile, moins absent.
Et c’est de ça que je voudrais me souvenir.
C’est ça que jamais je n’oublierais.
Quoiqu’il arrive, souviens toi que tout ce que je t’écris ou t’ai déjà écrit,
Tout ce que je te dis ou t’ai déjà dit,
Je le pensais sincèrement au moment où je le disais ou l’écrivais.
Et quoique j’en pense aujourd’hui, quoique que j’en penserais demain,
Ça n’aura plus d’importance.
L’important c’est ce que je pensais au moment où je l’écrivais ou le disais.


Hier encore je voyais le soleil qui brillait,
J’entendais la musique suave des oiseaux qui chantaient,
J’admirais tes yeux qui pétillaient de bonheur,
Je restais dans l’extase quand ton sourire se répandait autour de moi.
Aujourd’hui je ne vois plus que le ciel qui s’assombrit,
Je n’entends plus que les soupirs et les cris de mon cœur qui a peur d’être sans toi à nouveau ;
Je vois avec tristesse tes yeux qui n’ont plus leur éclat d’antan,
Je reste dans la douleur quand ton sourire devient forcé et se fige sur tes lèvres pulpeuses.


Tu sais, ce qui me tue c’est de devoir continuer à chercher ailleurs
Tout ce que je rêvais trouver en une femme et que j’ai trouvé en toi.
Je sais qu’il y a peu de chance de trouver ce que je cherche là où je vais,
Mais je continuerais à chercher .
Tu ne me laisses pas le choix.
Peut-être qu’au moins je me trouverais dans cette quête sans fin…


Grâce à toi j’ai vécu des moments exceptionnels.
Pour toi, j’étais près à tout faire pour voir le sourire sur ton visage
Et savourer l’infini plaisir que me procurait chaque seconde à tes côtés.
Si tu m’avais demandé de t’offrir la lune,
J’aurais essayé de la décrocher pour toi,
Même si je sais qu’il est presque impossible d’y arriver.
Personne avant toi ne m’avait donné des ailes
Pour espérer atteindre des telles hauteurs !


Tu m’as apporté gracieusement l’étonnement, la surprise, l’émotion ;
Tu as rallumé le soleil dans mon ciel jadis truffé de nuages géants et sombres ;
Tu m’as sauvé du déluge ;
Tu m’as redonné la vie…


Mon cœur est brisé, ma douleur est indéfinissable.
Je ne trouve pas assez de mots pour la décrire.
Peut-être qu’aucun mot, aucun vers, aucune complainte ne saurait la peindre.
Les larmes ne peuvent suffirent, les mots ne peuvent rien dire…
Seul peut-être le silence pourrait la chanter…


Dans les fouillis, les lacis de mes pensées portées vers toi
Dans les gribouillis des errances de ma plume, de mon cri, de mon cœur cramoisi de douleur
Dans les cendres encore chaudes des brûlis de mon bonheur qui se dissipe avec toi
Dans les ultimes baisers que mes lèvres frémissantes aimeraient couvrir ton corps gracile
Dans nos ultimes étreintes rêvées
Dans les larmes sourdes, invisibles, intarissables de mes yeux humides
Dans les taillis de mes aveugles espoirs qui dans leur délire veulent croire à l’impossible
Dans mon silence assourdissant
Puisse-tu pouvoir lire, deviner, sentir mon désarroi,
Ma peine, mes regrets, mes plus beaux souvenirs de toi, de nous, de ma vie…


Tu t’en vas là-bas où je ne suis pas
Tu me laisses là sans toi et, hélas, je vois partir tes pas
Les battements sauvages de mon cœur sonnent le glas de ma ferveur,
De ma lueur entre vie et trépas…
Sans toi mon astre s’éteint
Et peut-être ne survivrais-je pas longtemps aux ténèbres qui me guettent déjà.
Te voir t’en aller transperce ma chair comme les fracas de verres volant en éclats.
Il fait à présent froid en moi,
Mon cœur se gèle sans toi
Le brouillard m’empêche de voir plus loin.
Le frimas retombe sur mes cheveux en folie,
Sur mes plaies ouvertes et ensanglantées.
Ma douleur décuple et me torture.
Effacée cette fresque de bonheur
Sur la presqu’île de notre amour, de notre idylle que je croyais éternelle
Comme nous, immortels…
Ma déception est grande.
La brèche en moi est profonde.
Je suis déchiré par l’idée de ne plus te revoir.
Je suis malade à l’idée de te perdre à jamais
Et de ne plus pouvoir te dire : je t’aime…
Je suis mille fois déçu…
Mais sache simplement, ô toi mon soleil qui disparaît au couchant,
O toi la mélodie qui m'abandonne aux bruits de ce monde,
Tu resteras ma plus belle déception…


Josué DJOBLONA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cysk
Esprit divin


Nombre de messages : 486
Age : 29
Guilde : ????
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Ven 18 Aoû - 18:32

j'ai enfin trouver le topic de poème Oué ! (bon ok j'ai demander de l'aide mais bon..) donc je vais poster mes poèmes içi, et je vais commencer par mes vieux ^^

donc en voici un écrit en été 2004 pendant....que je faisait un stage dans le boulot de mon père et que je m'ennuyais, à cette époque sur un site j'étais une toute pitite fée :,

Citation :
Mes Rêves Angéliques :
l'astre du jour se lève, la fée sort de ses rêves.
Mais que c'est il passer, dans les bras de Morphée?
La fée était géante, de la taille des gens,
qui passent si souvent, devant la fée dormant.
Et la fée qui luit, s'éteint durant la nuit,
pour éviter d'être, manger par une bête.
Personne ne la voie, on ne sait pas qu'elle est là.
Elle dort paisiblement, rêvant d'être géant.
Car à cette taille ci, la fée change de vie.
Car d'un être lumineux, elle devient ange radieux.
Et peut ainsi voler, plus vite que le vent,
et ainsi inspirer, des rêves aux enfants.

cysk

oh aller j'en met deux ^_^ (ne soyer pas trop méchant X) )

Citation :
Mère nature est si bonne :
Les fées et la nature, seront toujours lié
Passé présent futur, jusqu’à la mort des fées.
Elles l’aident à s’épanouir, de printemps en printemps.
La nature les nourrie, depuis qu’elles sont enfants.
Mais pour se reposer, et pouvoir se détendre,
Nos amies sont aidé, par le soleil si tendre.
Il nourrit tout le monde, de sa lumière bénie.
En dessinant une ronde, autour des bois maudit.
La nature s’en abreuve, et verdit grâce à eux.
Les fées prennent se qu’elle peuvent, pour briller encore mieux.
Car quand une fée s’éteint, et pas de son plein grée.
Sa vie touche à sa fin, et elle est emportée.
Par la nature si bonne, et elle en tirera,
Force et magie qu’elle donnent, à toute les fées des bois.

cysk :,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.aceboard.net/index.php?login=53034
cysk
Esprit divin


Nombre de messages : 486
Age : 29
Guilde : ????
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Poêmes   Sam 19 Aoû - 4:29

j'en poste encore un, celui la fait en cour de maths, simultanément a un autre, plus triste que je montrerais celon vos réactions au premier posté. car celui la dont je suis fière même si je l'ai fait en 1minute chrono pour montrer à mon voisin de table ce que j'écrivai à la place de montrer l'autre triste qui à beaucoup plus plut au public. alors que moi c'est le triste que je préfère, c'est peut être mon préfèré, mais tout le monde l'ignore, et je trouve que ça ne fait que lui donner plus de force :,

enfin bref voici le vite fait dont je suis bien content X)

Citation :
petit creu:

une nuit sur deux je rêve de toi,
toute les heures je te désire,
j'ai envie de toi, que tu soit à moi,
quand tu apparais, ou disparais, tu m'atire.

j'ouvre la porte menant a toi,
pour nous réunir a tout jamais ensemble,
mais tu n'es pas la, et il me semble,
que ma soeur était plus rapide que moi.

au revoir, chocolat :'(

cysk X)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.aceboard.net/index.php?login=53034
Fih le Féca Fou
Trône
Trône


Nombre de messages : 524
Age : 33
Guilde : Les Reclus d'Amakna
Date d'inscription : 10/04/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Sam 19 Aoû - 6:01

Vite vite du de Nerval !

El Desdichado
Citation :
Je suis le ténébreux, - le veuf, - l'inconsolé,
Le prince d'Aquitaine à la tour abolie:
Ma seule étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le pampre à la rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine;
J'ai rêvé dans la grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron:
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

Prévert - Chanson
Citation :
Quel jour sommes-nous
Nous sommes tous les jours
Mon amie
Nous sommes toute la vie
Mon amour
Nous nous aimons et nous vivons
Nous vivons et nous nous aimons
Et nous ne savons pas ce que c'est que la vie
Et nous ne savons pas ce que c'est que le jour
Et nous ne savons pas ce que c'est que l'amour.

Et une qui me fait sourire (Nel c'est pour toi):
Prévert - La Cène
Citation :
Il sont à table
Ils ne mangent pas
Ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
Verticalement derrière leur tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://britney-on-taime.free.fr
Chibi-Camu
Trône
Trône


Nombre de messages : 606
Guilde : Archangel
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Poêmes   Dim 3 Sep - 15:21

Allez ! Un petit poème plutot connu de Pierre de Marbeuf

Citation :
Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux, qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

:')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poêmes   Aujourd'hui à 17:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Poêmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archangel :: Partie HRP :: Les Anges passent-
Sauter vers: